PrestaShop 5 astuces SEO

Comment obtenir un maximum de trafic sur PrestaShop en 5 points ? (ép. 115)

Hey ! Je sais pas pour vous, mais je suis vraiment étouffé par les recommandations qu’il faut appliquer pour être visible dans Google… En réalité vous n’avez pas besoin d’un expert en référencement, car vous avez déjà toutes les cartes en main…

J’en peux plus ! Il faut vraiment que vous commenciez par comprendre vos clients…

Est-ce que vous vous êtes déjà posé la question si votre boutique e-commerce méritait d’exister ? Aïe, ça fait mal quand même se poser cette question… mais pourtant elle est fondamentale. Qu’apporte-t-elle réellement de plus que toutes les autres boutiques e-commerce déjà en place ?

Pour une partie des entreprises, la boutique e-commerce est « un outil de confort » qui permet d’automatiser la prise de commande de leurs clients, c’est un cas que je vois très souvent et qui fonctionne très bien. En revanche les clients qui font leurs achats ont été acquis bien souvent par d’autres canaux que par Google (réseau client existant, ancienneté de l’entreprise, etc.)

Concrètement, là où je vois la vraie difficulté c’est lorsqu’il faut attraper de nouveaux clients directement par internet… L’internaute lambda qui fait une recherche et « BAM » il devrait tomber sur vous… Le problème c’est que trop souvent il tombe sur la concurrence et pas sur votre shop… Pourquoi ? Parce que Google pense que vous ne méritez pas d’être en 1er, oui c’est horriblement frustrant.

La balise TITLE est toujours très importante, mais très souvent mal rédigée

C’est bien le truc que je vois très souvent chez les clients, le nom du produit est assez régulièrement à côté de la plaque et il manque les mots clés essentiels. Google s’appuie sur la correspondance de la recherche de l’internaute et le titre de votre page, si le matching est trop différent, la page ne sortira jamais.

Cela implique donc de bien comprendre le vocabulaire de vos clients et d’éviter le jargon technique dans le nom du produit, car cela peut tuer votre visibilité. Observez bien le vocabulaire utilisé par vos clients et aussi les mots clés utilisés par vos concurrents dans la balise TITLE de leurs pages (dans le cas où ils sont bien positionnés dans Google).

La longueur du titre est aussi importante, concrètement si on regarde bien dans la SERP il faudrait s’arrêter plutôt vers 50 caractères que 60-65 caractères comme on le recommande habituellement. Le but est d’avoir un titre qui ne soit « jamais » tronqué par Google et toujours entièrement visible pour l’internaute… Je confirme, c’est pas si évident d’être court et pertinent !

La meta description est souvent délaissée pour cause de flemme…

La meta description c’est le texte qui apparait automatiquement dans Google en dessous du titre de votre page, il s’agit d’un résumé de votre page. Concrètement, si ce texte n’est pas optimisé, le taux de clic sur votre lien va s’effondrer… Qui a envie de cliquer sur une bouillie de texte aléatoire ? Pas moi ni vos clients…

Soyons honnêtes, la plupart des e-commerce que je vois passer n’ont pas rédigé de meta description et laissent Google prendre automatiquement une partie du texte de la description de la fiche produit. Bon c’est pas très engageant, mais ça se comprend… Avez-vous réellement envie de rédiger 500 nouveaux textes uniques « incitatifs au clic » pour vos 500 produits ? Fiou… c’est du travail !

Pourtant il y a une vraie opportunité à saisir, ce n’est pas une optimisation « compliquée » à faire, mais c’est juste que c’est agaçant et répétitif de devoir le faire. Si vous regardez bien dans les résultats de Google, vous verrez que certains résultats vous donnent clairement envie de cliquer. Vous devez faire partie de cette élite, le seul critère bloquant c’est de dégager du courage pour s’y mettre…

La réalité ? Votre PrestaShop répond à seulement 10% des attentes de vos clients…

Une des erreurs que j’observe souvent c’est de croire que le client vient chez vous achète son produit et repart tout content… Ouarg ! En réalité ce n’est pas du tout ça, le comportement d’achat concerne seulement 10% de l’étape du processus du tunnel de l’information.

Concrètement le 90% du temps avant de faire l’achat, le client parcourt le web totalement assoiffé d’informations… Il va comparer les produits, les offres, il va consulter des vidéos ou peut-être des guides, des tutoriels… Et quand il aura fait tout ce cheminement, c’est seulement ensuite qu’il se décidera où acheter le produit.

C’est pour cela qu’il est important d’être présent et visible lorsque le client se trouve dans la phase des 90% (analyse et de recherche). Il est donc crucial de répondre au questionnement client. Bien sûr que c’est un gros travail éditorial, mais si vous ne le faites pas il aura surtout visité d’autres sites avant vous (qui eux, les auront déjà mis en confiance). Pendant ce temps vous serez resté dans l’ombre avec votre PrestaShop à vocation 100% commerciale.

Dominer un réseau social ! Oui, mais pas en mode Tati Jaqueline…

Est-ce que vous connaissez Tati Jaqueline ? Oui elle publie tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux c’est quelque chose que je vois aussi très souvent… Une partie des e-commerçants inondent les réseaux sociaux avec leurs produits, tout ça pour avoir 1 pauvre like… Arrêtez ces stratégies de bourrinage et par la même occasion stoppez de publier des catalogues produits vers Facebook même avec une API (ouf je respire à nouveau, ça va mieux…).

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans « réseaux sociaux » ? Je n’ai pas dit « réseaux de vente » ! Les réseaux sociaux sont faits à la base pour rassembler des humains entre eux pour nouer des liens. Si vous voulez que ça fonctionne, vous devez orienter votre communication autour de l’humain et que ça soit divertissant et ludique pour votre audience.

Que ce soit sur TikTok, YouTube, Instagram ou Facebook, c’est la même problématique. Regardez les profils qui fonctionnent vraiment et qui génèrent de l’engagement… C’est simple à comprendre, ce sont des gens qui se mettent en avant, avec une personnalité, une authenticité, un parti pris… un visage. Les retours que vous obtiendrez seront à la hauteur de votre engagement… Utiliser les réseaux sociaux pour poster des images de produits est la pire chose que vous puissiez faire…

Résumé de la vidéo : Rendre visible votre PrestaShop dans Google est facile avec du bon sens

  • Premièrement vous devez comprendre vos clients et définir avec précision la raison exacte qui justifie qu’ils passent par vous, plutôt que par un autre site (soyez honnête avec vous-même)…
  • Optimisez la balise TITLE en renommant correctement vos produits. C’est une mesure toute simple, mais efficace qui fonctionne toujours.
  • Rédigez une meta description pour chacun de vos produits, même si c’est long… Le taux de clic sur l’affichage de vos résultats va alors augmenter et sur l’ensemble de votre catalogue ça compte.
  • Créez des pages stratégiques qui répondent aux questionnements réguliers de vos clients, fixez-vous un objectif (ex. la création d’une nouvelle page par mois). Réservez du temps pour cela dans votre planning, sinon vous n’aurez jamais le temps de le faire…
  • Créez une communauté autour de vous grâce aux réseaux sociaux et dévoilez l’humain que vous êtes si vous voulez que les gens s’intéressent à vous et par la même occasion à votre business.
close

BOUM !

1 seul mail par semaine - pas de publicité

2 commentaires sur “Comment obtenir un maximum de trafic sur PrestaShop en 5 points ? (ép. 115)”

  1. aaaah merci de rappeler ces bases INCONTOURNABLES pour avoir un bon site e-commerce 🙂
    du bon sens, de la bonne info bien mise en avant et ça roule tout seul avec Google, évidemment ça prend du temps à rédiger mais ça marche vraiment

    1. Hello Pascaline,

      En réalité c’est souvent ça qui manque, il faut « dédier du temps » pour proposer à ses clients quelque chose de nouveau.

      Créer une expérience « nouvelle » et ne pas être un clone de ses concurrents est en réalité un très gros travail qui prend énormément de temps.

      À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.