Google Ads

Tutoriel Google Ads 2022 pour Prestashop

C’est fou, mais Google Ads est devenu incontournable pour beaucoup de sites… Vous voulez obtenir des clients « maintenant » ? Google Ads c’est une bonne solution, mais encore faut-il réussir à trouver à dompter la bête.

Le 1er secret : ne pas perdre de l’argent

Vous savez pourquoi beaucoup de personnes ne sont pas rentables sur Google Ads ? Parce que le compte « fuite » de partout. Il est important de dépenser de l’argent de manière « précise » et « encadrée ».

Votre message publicitaire doit s’adresser à un profil de personne précis, avec des arguments solides, puis rediriger le clic de l’internaute sur une page de destination « explicite ».

La meilleure chose c’est de définir un objectif précis sur le papier… Par exemple, vendre des skis « ATOMIC BACKLAND » parce qu’on a une marge intéressante et beaucoup de stock.

Pensez à exclure les mots clés du type « gratuit », « pas cher »… ce sont des clients qui risquent de finir chez Décathlon le « casseur » de prix… Vous votre but c’est de vendre à des gens qui ne sont pas forcément « obsédés » par le prix.

Vous devez être précis et savoir ce qui est rentable pour vous… le but n’est pas de faire de la publicité sur « TOUT » ce que vous proposez à la vente.

Le choix des mots clés, un vrai casse-tête

De mon expérience je suis arrivé à la conclusion suivante, il faut choisir les mots clés les plus « pertinents » sans forcément en avoir des tonnes, car ceux qui rapportent le plus sont les plus populaires.

S’amuser avec la longue traine demande trop de temps, d’efforts et de maintenabilité. Il est préférable d’avoir moins de mots clés pour plus de clarté.

Quand on fait une recherche dans Google on a en fond de page les « Recherches associées » ces mots clés sont souvent pertinents, j’avoue que depuis que j’utilise cette approche le retour sur investissement est beaucoup plus concret, que m’obstiner à faire passer mes « propres » mots clés.

Les mots clés avec un faible volume « supprimez-les »… Google est horrible, ce n’est pas que le mot clé n’est pas pertinent, c’est que surtout Google veut diffuser des pubs que sur les mots clés « populaires » qui lui « rapportent » du cash (c’est ma conclusion).

Dans ma précédente vidéo Google Adwords je montrais comment faire une campagne en « exact », mais avec le recul je préfère utiliser le signe « + » via Modificateur de requête large. Cela reste précis et sélectif et évite d’encombrer la campagne avec trop de variantes.

La page de destination et la qualité du site en général ?

Ce qu’on ne dit pas assez souvent c’est aussi le problème lié à la page d’atterrissage… Faire une publicité à peu près correct, tout le monde est capable de le faire… mais est-ce que le site derrière tient la route ?

Beaucoup de fois j’ai vu des e-commerçants faire de la publicité, alors que la page de destination n’était pas forcément des plus rassurantes… pas de logos de paiements visibles, une seule photo du produit, peu de texte descriptif, un prix plus élevé que la concurrence (dur de convaincre dans ces conditions).

Ou encore par exemple, pour ceux qui font de la publicité sur « mobile » et que leur site est totalement difforme, les boutons pas très visibles… Il ne faut pas oublier que cette 2ème partie du processus demande aussi du travail… l’optimisation de la page de destination et du processus de commande pour un nouvel acheteur qui vous découvre sont cruciaux si pour finaliser la vente.

Surfer sur le nom de la concurrence

Hum ! C’est une méthode que j’aime beaucoup, parce que cela permet d’être pertinent sur la recherche et permet d’avoir un coût du clic pas trop élevé si le nom de l’entreprise est « moyennement populaire ».

De ce que j’ai constaté, quand on utilise un nom de marque parfois la diffusion est plus « réduite » Google semble limiter le nombre d’affichages, mais il est tout à fait d’accord de le faire.

Vous pouvez aussi faire de la publicité sur votre « propre » nom, c’est quelque chose qui se fait assez régulièrement pour « protéger » votre nom d’entreprise si on peut dire ça (pour éviter que la concurrence squatte en permanence le nom de votre entreprise).

La rentabilité de Google Ads ? 13.80 CHF pour un client !

Quand on voit tous ces chiffres, ces pourcentages… ces affichages, ces clics et ces conversions… il y a de quoi perdre la tête. Il est important de mettre en place un système pour mesurer la conversion (j’en parle rapidement dans la vidéo) pour mesurer les résultats.

Comme je le dis en vidéo, en fait par exemple sur King-Avis, cela me coûte 13.80 CHF en publicité pour qu’un nouveau e-commerçant s’inscrive… Et même pas forcément qu’il prendra un compte « PREMIUM » payant… mais alors est-ce que ça vaut la peine ?

Dans mon cas je me dis que si le client aime le service et qu’il commence à l’utiliser, peut-être plus tard il basculera sur un compte « PREMIUM » à 107.70 CHF par année. Dans cette perspective, je suis donc prêt à mettre ce prix pour le transformer en un potentiel client.

Parfois sur certains business (notamment en e-commerce), la 1ère vente réalisée par Adwords n’est parfois pas rentable, c’est seulement la 2ème vente qui permet de réaliser un bénéfice. Tout ça pour vous dire que Google Ads c’est super pour faire venir des clients, mais pas forcément « magique ».

Résumé de la vidéo : Google Ads c’est pratique pour avoir des clients « immédiatement »

  • Tout d’abord on fait faire ensemble une « micro » réflexion sur ce qu’on veut faire comme action via Google Ads.
  • Puis on teste la recherche Google pour comprendre ce qui est pertinent.
  • On crée ensemble une campagne, avec une annonce et quelques mots clés en choisissant les paramètres « optimaux ».
  • Ensuite, on ajuste quelques réglages pour ne pas « perdre » de l’argent.
  • Enfin, je vous montre mon propre compte Google Ads pour que vous puissiez voir comment j’ai organisé ma campagne.
close

BOUM !

Et si la concurrence vous dépassait ?

Avec les conseils e-commerce de Webbax, aucun risque... vous aurez toujours une longueur d'avance.

1 seul mail par semaine - pas de publicité

4 commentaires sur “Tutoriel Google Ads 2022 pour Prestashop”

  1. Super vidéo Google Ads Germain! Moi aussi, je n’aime pas quand Google décide! Par contre, Google aime les extensions, etc., mais c’est vrai que parfois du coup, ça donne des annonces vraiment touffues.

    1. Hello Isabelle,

      En fait je me dis assez souvent que déjà le « TITRE » de la publicité Google Ads pourrait bien souvent être optimisé.

      Parfois j’ai l’impression qu’à force de truffer de petites options, l’essentiel est négligé, le message de fond (ou l’angle utilisé).

      Se demander quels sont les bons mots qui incitent réellement au clic… A mon avis, les extensions d’annonces peuvent se montrer efficaces certainement, mais si le reste autour est déjà TOP.

      Merci pour ta visite & à bientôt !

  2. Une régle d’or aussi avec Google : ne jamais suivre les conseils du conseiller Google qui vous appelle pour « optimiser » votre campagne. Du jour au lendemain votre campagne donne plus rien, le budget a augmenté de 50%, et on passe 2 heures a la remettre en ordre. Ca optimise uniquement du coté de Google (votre enchere augmente, et vos concurrents suivent si ils veulent rester dans la course).
    Et depuis maintenant 8 ans, google n’a pas encore compris qu’on pouvait cibler uniquement des clients B2B, même avec des requetes spécifiques pour des professionnels et plus de 3000 mots clés négatifs. Sans parler des faux clics, fin novembre Google m’annoncait entre 25 et 50% de mes clics facturés en « clics incorrects » (combien de clics incorrects ne sont jamais détectés ?). Ca amène des clients, mais je peux vous dire que vous avez de la chance avec vos CHF 13.80.
    Encore heureux que le tiers des clients repassent au moins une une commande dans le mois. Aprés c’est internet, donc même quand ils sont bien servis, la fidélité des clients est pléthorique !

    1. Bonjour,

      Un point que je n’ai pas assez mis en avant et que j’observe régulièrement, c’est que le prix de l’acquisition d’un nouveau client via Google Ads n’est pas toujours « rentable » du 1er coup.

      C’est-à-dire qu’une fois que le client a acheté, il serait bien de pouvoir (dans quelques mois) lui faire générer une nouvelle vente par ex. via newsletter.

      Suivant le secteur d’activité, il est difficile de réaliser une 2ème vente, il faut donc bien prendre en compte tous les paramètres aussi autour du business pour toujours rester rentable.

      À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.