PrestaShop en 2024 : Avis

Faut-il encore choisir PrestaShop en 2024 ?

Peut-être que cette question vous a titillé récemment… Vous avez peut-être peur de devenir « has-been » face à vos concurrents ? Ou alors simplement parce que vous cherchez une autre solution e-commerce qui pourrait réduire vos coûts…

Ce que vous devez garder absolument en tête c’est que PrestaShop est entièrement gratuit et Open-Source. Pour les plus économes, vous pouvez envisager de prendre un hébergement pour PrestaShop et ensuite l’installer vous-mêmes en quelques clics seulement.

Contrairement à Shopify, vous êtes le « maitre » aux commandes. Vous être totalement propriétaire des données de votre boutique et c’est vous qui avez 100% emprise sur votre outil e-commerce.

En ce qui concerne le prix de la boutique PrestaShop, gardez en tête ceci. Une boutique PrestaShop a besoin juste d’un template et d’un système de paiement, c’est tout… La solution de base embarque suffisamment de modules pour que vous puissiez proposer une expérience d’achat crédible à vos clients. Si vous déléguez la création / maintenance du shop, la variation du prix dépendra surtout du tarif horaire de l’agence et du nombre d’heures qu’elle va y passer.

Si vous êtes capable de fonctionner en mode « minimaliste », vous pourrez garder cet argent pour l’investir sur le marketing (avoir des visiteurs est « vital » pour faire des ventes). C’est ce qui serait idéalement conseillé, mais en réalité rarement appliqué par les e-commerçants…

BOUM !

1 seul mail par semaine - pas de publicité

1 commentaire sur “Faut-il encore choisir PrestaShop en 2024 ?”

  1. Bonjour,
    Le parcours client fait parti des points les plus importants. Un site  » minimaliste  » n’offre malheureusement pas un parcours client adéquat.
    Il faudra donc ajouter plusieurs plugins/modules. Si certains sont gratuits beaucoup sont payants, avec une moyenne à 69.99 € HT (+ 1.67 / mois pour la maintenance) par plugin … la facture monte très vite.

    De plus, l’administration nécessite elle aussi quelques ajouts afin de grandement faciliter la vie de l’administrateur (exports, SEO, …).
    Sans compter l’hébergement et la sécurité.

    Il faut ensuite différencier entre les solutions hébergées chez l’éditeur (Shopify.com, WordPress.com, PrestaShop.com) et celles chez un hébergeur (uniquement WordPress.com, PrestaShop.com).

    En comparaison, Shopify.com et WordPress.com, PrestaShop.com s’occupent des mises à jour, comprend la sécurité et l’hébergement, et gère le hosting nécessaire (plus de CPU, réseua, …) .

    Chaque plateforme a des  » lacunes  » et des points forts. Il faut donc soigneusement choisir le bon thème et ajouter les fonctionnalités manquantes (= mises à jour à effectuer soi même ou à planifier).

    Il convient donc :
    1. de décrire précisément ce qui est attendu et d’aller dans le détail – c’est là que ça se gâte en général, car les plugins ne font pas toujours tout ce qu’on aimerait avoir – dans un fichier Word (blocs visible, navigation, listes des produits, fiches produits, ventes (mise en avant, coupons,…), marketing, processus d’achat, livraison, factures, réclamation et SAV, feedbacks et tout ce qu’il faut aussi pour l’administrateur afin de bien opérer (les exports, les modifications de statut produit par exemple, …) .

    2. de créer un fichier Excel avec un onglet par e-commerce (moi j’en ai un pour WooCommerce, PresteShop, Shopify) et d’y entrer les noms des plugins nécessaires pour chaque plateforme afin de répondre au cahier des charges avec leurs prix, leur maintenance, les versions min et max supportées, les noms des fournisseurs, et leurs URL.
    Je distingue entre les hébergements par éditeur et les autres hébergeurs.
    Pour les autres hébergeurs (donc lorsque vous êtes l’admin de la plateforme), il faut aussi regarder :
    – la gestion de la sécurité (donc les coûts des services additionnels : service de restauration après hacking [plus que conseillé], monitoring [site down = 0 CA !!], )
    – la gestion de la taille de la plateforme : augmentation de l’espace disque, des CPU (processeurs = vitesses de calcul), de la RAM, de la bande passante (inodes, …). Et à quel coût ?
    – les services de support en cas de problème (votre hébergeur n’est pas forcément un dieu de votre plateforme et quand il y a un gros problème… ça fait du bien d’avoir un pro sur un domaine spécifique qui vous règle cela rapidement)

    Il faut ensuite aller plus loin et regarder les failles de sécurité par plugin… oui, c’est long, mais si votre site se fait hacké, ce sera encore plus long et très stressant. Alors autant faire les recherches avant.

    3. En additionnant les coûts fixes / maintenance on peut ensuite PRESQUE comparer les plateformes; car attention, Shopify prend aussi un pourcentage sur les ventes. Là, il faut utiliser votre business plan (que vous avez fait avant de commencer :-))

    4. Prendre une vraie décision avertie pas juste une comparaison sur Open Source / solution privée ou « vous pouvez tourner avec une solution minimaliste »… le but c’est de vendre pas d’être présent sur le web !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *