Les solutions e-commerce sont trop complexes

Pour finir la semaine en beauté, j’arrive avec un nouveau sujet sous le bras… oui Prestashop et Magento, sont juste horribles à gérer… Parfois je me demande comment on a pu en arriver à un tel point de complexité.

Prestashop la métamorphose

En 2007 quand Prestashop est arrivé, c’était quand même plus simple qu’aujourd’hui… son code n’était certes pas « parfait », mais actuellement je trouve qu’on est monté en grade dans la complexité + architecture. Une base de données qui devient de plus en plus dense… toujours plus de tables et un multi-boutiques « forcé » qui est là finalement pour une minorité des marchands.

Du coup ça donne quoi ? En 2007 on avait 88 tables dans la base de données… en 2017 on en a 263 tables… On a multiplié par 3 les emplacements de stockage des données c’est fou. Face à un tel cas, on peut quand même se poser la question si c’était vraiment nécessaire d’arriver au stade actuel… Est-ce que Prestashop a été trop loin ?

Quand je vois arriver ce genre de choses à l’horizon, je commence à me dire que c’est le début de la fin… comment un outil va-t-il pouvoir évoluer correctement en étant aussi dense et complexe ? Parfois je suis même étonné, car je trouve que Prestashop fonctionne bien à proportion de son architecture actuelle… et avec tout l’historique de code qu’il traîne derrière lui (faut croire que les développeurs travaillent bien).

Tables Prestashop
Et oui, 88 c’est le chiffre magique des premières versions de Prestashop. A l’époque c’était quand même plus accessible… Qui ose encore dire aujourd’hui que Prestashop est un gadget ? En 2017 on s’aventure beaucoup plus difficilement dans son code et sa base de données.

Nous sommes des gros tarés !

C’est quoi le but d’un e-commerce ? Si je vulgarise… c’est un bouton ajouter au panier avec des produits, des frais d’expédition et une méthode de paiement… (oui je vulgarise à fond). Je crois qu’on pense qu’on a besoin de « trop » de choses… Les besoins des marchands sont ultra-basiques Prestashop à mon sens dépasse largement l’attente de la plupart des marchands. La solution répond à un niveau supérieur d’attente que ce qu’on lui demandait initialement.

Vous pensez que c’est bien ? Sincèrement je préférerais qu’on revienne à des basiques… On est à l’ère du mobile, la plupart des thèmes ne tiennent pas la route… Quand on installe un module on a toujours 36 trucs à ajuster… que ça soit au niveau du code ou au niveau du template… Les couches de traitement s’entassent les unes sur les autres… il commence à être nécessaire d’avoir un minimum de bagage technique.

Vous trouvez ça drôle ? Le vrai secret à mon sens c’est que même un novice devrait pouvoir rapidement comprendre le fonctionnement. S’il faut être « informaticien à lunette geek »… c’est nul… et personnellement vous savez quoi ? La complexité c’est pas un truc qui me branche trop… j’aime ce qui est simple à comprendre (moi-même j’ai un esprit simple et basique). Pourquoi il faudrait maîtriser 10 technos pour faire un panier virtuel et un bouton de paiement ?

Fichiers de Prestashop
Actuellement Prestashop repose sur 15’000 fichiers soit 5x plus qu’à ses débuts. Vous allez me dire que ça veut rien dire… L’application est certes bien découpée dans ses processus, mais parfois j’ai l’impressions que les méthodes et fonctions sont sans fin… C’est certainement l’aboutissement lorsqu’une solution e-commerce essaie de répondre à toutes les problématiques.

Je prépare le futur du e-commerce

Vous savez j’adore rêver et penser à la nouvelle vague du e-commerce… j’aime aussi essayer de penser autrement. Est-ce que parce que le e-commerce est complexe (voir ma vidéo YouTube sur :  Prestashop est trop compliqué), la solution e-commerce doit l’être aussi ? De plus en plus de petits e-commerçants vont vendre des trucs sur internet… et avec des solutions comme Prestashop je pense qu’ils deviendraient juste fou… surtout s’ils veulent pouvoir retoucher un peu le code et ajuster des fonctions.

Alors, je traîne un peu sur le web et j’essaie de me poser des bonnes questions… Est-ce qu’on doit enregistrer le client en base de données ?… Faire du multilingue c’est important ? Ah oui mais qui le fait vraiment bien ? Tous ces modules… ces trucs pour les Marketplace… oui c’est bien, mais à qui ça rapporte de l’argent… au e-commerçant ? Est-on obligé d’installer 36 plugins pour Google… ne serait-on pas en train d’être à côté de la plaque ?

Puis, je prends une feuille de papier et je dessine le e-commerce de demain, je le vois simple… comme un bébé qui fait un puzzle avec ses 4 pièces. J’essaie de sortir les points vraiment vitaux que 80% des marchands ont besoin… J’essaie de penser à du code simple, peu de tables… peu de relations… et de requêtes… et je commence à avoir une vision.

C’est un peu comme pour les articles avec déclinaisons… pourquoi on est obligé de faire un truc complexe à chaque fois (pleins de tables et de relation à gérer)… Je commence à envisager des processus de stockage « indigne » des informaticiens… mais c’est très important pour moi de modifier mon approche de penser pour ré-inventer la vision que j’ai du e-commerce.

Cart PHP
Revenir à l’essentiel du e-commerce en 2017 ça vous semble impossible ? Un script PHP simple de paiement ça n’existera plus jamais (merci Vincy) ? Et si le futur du e-commerce était dans des processus simples à l’opposé de ce qu’on nous montre actuellement ?

Bilan

Oui je sais que vous allez me dire que je suis un fou de remettre en question le système… mais j’adore ça. Même si je lançais ma solution e-commerce ça ferait un flop total et je le sais. Mais j’ai bien envie de faire un truc très basique avec des « micro-briques » et des méthodes de paiement déjà prêtes et gratuites… juste pour montrer comment on peut penser autrement.

Faudra aussi que je prévoie de mettre au programme de me calmer un peu, j’ai des ambitions dans tous les sens en ce moment. Quand j’étais gosse (encore maintenant d’ailleurs), j’adorais jouer aux LEGO, le web pour moi c’est un LEGO géant et je kiff me construire des outils ou des trucs qui servent à rien et que je jette plus tard… c’est le plaisir de la création. Et vous, qu’est-ce que vous pensez de tout ça ?

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

14 commentaires sur “Les solutions e-commerce sont trop complexes”

  1. Bonjour, je pense effectivement que prestashop est une solution très performante et évolutive. Cependant, comme vous dites, elle est aussi très compliqué pour des novices. Je l’ai été et j’en ai encore beaucoup à apprendre. Une version simplifiée pour les petits e-commerces pourquoi pas ! On va dire que prestashop devient de plus en plus commercial.
    Bonne soirée.

    1. Bonjour,

      Oui, Prestashop s’est métamorphosé avec le temps, au niveau interface je trouve que c’est assez simple d’utilisation, mais sur le plan technique ça devient plus délicat à gérer. Pour le côté commercial, on va dire que si on a des besoins simples, on peut encore commencer avec une solution 100% gratuite même à l’heure actuelle (on déploie Prestashop + on met le module PayPal pour le paiement).

      A bientôt !

  2. Hello Germain,

    Intelligent comme article !
    Je ne peux qu’aller dans votre sens, moi qui découvre Prestashop 1.7 depuis quelques semaines et qui me met à la POO pour comprendre un peu comment tout cela fonctionne.
    Je n’ai bien entendu pas la compétence pour pouvoir juger de la pertinence de tous les modules de PS mais ce serait en effet plutôt bien de pouvoir disposer d’un logiciel qui soit aussi démodulable.
    Avoir en quelque sorte la possibilité de disposer d’options négatives.
    J’enlève le multiboutiques, j’enlève le multi langues, etc … etc …
    Ca serait vraiment le pied !
    Et c’est vrai que je ne comprends pas bien pourquoi dans la base de données on a PS_product et PS_product_shop qui me semblent être deux tables redondantes …
    Mais je ne suis pas bien sûr que ce genre de remarque aille dans le sens du modèle économique de Prestashop. Il faut bien aussi que ces gens là gagnent de l’argent à un moment donné ! Sans vouloir me faire l’avocat du diable, il ne faut pas oublier que cet outil est formidablement gratuit ce qui permet de démarrer à moindre frais.

    Ceci étant dit, c’est où qu’il faut s’inscrire pour télécharger WebbaxCommerce 1.0 ?

    Jean-Marc

    PS: si ça permet de gérer les url canoniques sans passer des heures à comprendre comment réussir à le faire faire alors que cela semblerait si facile … je veux bien être testeur de la bêta !

    1. Hello,

      Après c’est vrai qu’il faut être réaliste, je me suis déjà aventuré plusieurs fois et finalement le résultat… c’était que j’étais en train de coder un Prestashop, mais en moins bien (et oui, dure réalité). La table « ps_product_sho »p c’est depuis l’arrivée du multi-boutiques, il y’a effectivement un peu de redondance avec la table « ps_product » sur certaines informations.

      Prestashop est un outil formidable, mais c’est toujours amusant de se projeter et d’essayer de penser « innovation » dans un marché qui est saturé par les solutions e-commerce (et oui il y’en a énormément). Pour le moment Prestashop se positionne toujours très bien sur le marché Européeen.

      Peut-être WebbaxCommerce… qui sait… 2018 nous en dira plus 😉

      A bientôt !

  3. Je commente juste pour les LEGO 🙂
    Blague à part, Prestashop 1.7 c’est vraiment un pas de plus vers la complexité on est d’accord !
    Quand on regarde la 1.6 ou WooCommerce sur lesquels je travaille aussi c’est plus simple et don plus flexible.
    À voir pour la suite mas pourquoi pas un branche simplifiée de PS.

    1. Hello,

      Ahaha tu as grave raison… les LEGO c’est la base de tout ! En fait je suis un peu en train de spéculer, car c’est vraiment la tendance de la communauté qui va faire le succès de la solution, il faudra voir l’appréciation générale de la version Prestashop 1.7… pour le moment c’est encore un peu tôt. On va dire que y’a des bonnes choses… mais à mon sens la version manque encore de maturité. Il faudrait simplifier les méthodes… compacter beaucoup plus le code… mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

      A bientôt !

  4. Bonsoir,

    je fais confiance à l’expert presta que tu es, j utilise presta 1.6 et j avoue avoir galéré et tous ces modules ou blocs – pfff je pense que tu as raison, il serait bon de revenir à des basiques laissons la course à l armement aux gros, mais il faut des gars comme toi pour aider les petits et remettre les choses en question.
    Saches que nous serions nombreux à passer à la WebbaxCommerce 1.0 alors continues dans ce sens là et redevient le gamin qui jouait aux Lego,nous te suivrons
    Amitiés

    1. Hello,

      Effectivement Prestashop n’est pas forcément la solution la plus simple à prendre en main, surtout quand on n’a jamais fait de la vente en ligne. Il y’a à méditer sur la question, je ferai peut-être un « micro-projet » en 2018, mais ça sera plus par « plaisir » qu’orienté business… affaire à suivre.

      A bientôt !

  5. Hello,

    Pour du basique, je trouve que woocommerce est nikel, presta & co c’est vraiment à réserver aux sites avec des produits assez complexes et nombreux et si on a besoin de fonctionnalités avancées d’office.

    Pour ma part j’ai une pelle, même une brouette de modules qui ne me servent à rien sur presta. Autant faire peu et bien que beaucoup et mal.

    De nos jours, le contenu est roi, un wordpress est incontournable pour générer du texte donc soit c’est :
    – presta + wordpress
    wordpress + presta
    wordpress + woocommerce

    bonne continuation

    1. Hello,

      Oui en fait il n’y a pas vraiment de meilleures ou mauvaises solutions e-commerce, tout dépend du besoin… Le plus important est de faire le choix de la plateforme en fonction des exigences du marchand. On est clairement d’accord que WordPress et Prestashop sont deux très bonnes solutions et qui ont la « hype ». Woocommerce j’ai moins l’expérience, mais ça doit bien faire l’affaire pour des petits shops avec

  6. Intéressant.

    Presta à multiplié les erreurs techniques :
    1. faire autre chose qu’un script de boutique de vente (proposer des fonctionnalités de gestion alors qu’ils ne savent même pas ce qu’est une facture !)
    2. empiler les bibliothèques (Smarty dans plusieurs révisions, Symphony, JQuery dans diverses versions…)
    3. vouloir montrer que c’est eux qui ont la plus grosse (« moi aussi, je propose le multi-boutique même si le commerçant ne l’utilise pas, et en plus je donne le back-office responsive » (qui va utiliser cela pour gérer son site ?))
    4. x années après la 1ère version, il y a toujours des erreurs d’arrondi sur les prix (avec une TVA française de 20%, vous ne pouvez pas vendre un article 3,32€, ce que vous autorise Presta)
    5. des truc bêtes mais contre-productifs (1.4) : j’affiche la liste des Clients, les plus récents sont en tête => Ok. J’affiche la liste des commandes, idem => Ok. J’affiche la liste des bons d’achats : les plus anciens sont en tête. Où est la logique ? Je ne parle pas des mouvements de stock qui sont affichés pour tous les articles (les plus vieux en tête, c’est plus efficace :-()
    6. abandonner ses contributeurs et fournisseurs de modules, ceux qui l’ont fait vivre (le forum officiel Presta résonne tant c’est vide de contributions récentes)

    Alors oui, je pense qu’il faut repartir « from scratch » (depuis une feuille blanche) et se poser les bonnes questions. Eviter les erreurs de débutant sera un plus. Et surtout, que votre copine fasse une eBoutique et l’utilise au quotidien. Vous verrez que cela changera de votre vision geek dans sa tour d’ivoire 🙂

    Merci pour vos articles qui sont (très souvent) intéressants.

    1. Bonjour,

      Vous avez tout à fait raison le coeur de métier de Prestashop c’est de faire du e-commerce et il faut absolument qu’il évite d’essayer de « tout gérer », car il n’y parviendra pas. Certaines grosses fonctionnalités engorgent totalement l’application (ex. multi-boutiques) alors que dans la réalité une minorité de marchands l’utilisent.

      Un point aussi très vrai dans ce que vous dites, c’est le back-office responsive… effectivement c’est très bien sur le « principe », mais c’est bien trop encombré pour une réelle utilisation sur un mobile ou une tablette. On solutionne des problèmes à quelque chose qui de toute façon n’est pas pratique… voir utilisé.

      Après je reste aussi réaliste, il est toujours plus facile de critiquer que de trouver des solutions… Ils n’ont pas voulu casser l’éco-système des modules et ont donc gardé la rétro-compatibilité… mais je ne peux m’empêcher de penser si on va vivre le scénario OSCommerce en finalité… avec une solution qui s’éparpille et où le code va devenir vraiment trop ingérable.

      Restons quand même positif… Prestashop a bonne notoriété pour le moment, je crois les doigts pour que ça dure.

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *