Les Suisses… grands perdants du e-commerce

On pense bien souvent qu’en Suisse tout est simple parce que forcément… le pays bénéficie d’un système économique assez bien posé. Pourtant, vendre sur internet quand on est un e-commerçant suisse… « Bonjour la galère ».

La citation de Spiderman

Si vous avez déjà vu le film Spiderman… il y’a cette citation « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »… pour la Suisse ça donne ceci, « Un petit pays implique de grandes contraintes » et c’est exactement ce que vivent beaucoup d’e-commerçants…

En Suisse on est un pays riche en culture, avec 3 langues… mais le problème c’est que tout ce marché économique se fait sur un petit territoire, traduire tout son e-commerce en 3 langues pour vendre seulement à quelques centaines de Km à la ronde c’est un énorme travail par rapport à ce que ça va rapporter.

Le pire c’est vraiment d’être un Suisse francophone, car déjà que le marché est petit… mais en plus on est minoritaire environ 23% du pays parle français, pour les affaires c’est vite limité.

Langues en Suisse
En gros sur le marché local si on parle le français on peut s’adresser qu’à 1/4 de la population… c’est très peu, une bonne partie du marché nous échappe si on n’est pas bilingue.

Bah, vendez à l’étranger !

Le premier problème qu’on a en Suisse c’est qu’on capte une audience « française » via le référencement de Google (ça c’est super), mais le problème c’est qu’on peut rarement faire des bons deals avec la France. Pourquoi ? Pour une raison toute simple, l’expédition des colis de la Suisse vers la France est « hors de prix »… du coup les internautes français n’aiment pas acheter sur des e-commerce suisses.

C’est très frustrant, car dans les statistiques Google Analytics… parfois on doit exclure un gros trafic français de la calculation (qui est souvent très conséquent), car on sait qu’on n’arrivera pas leur vendre quelque chose. Les sociétés privées suisses pour l’expédition, ne sont pas non plus très concurrentielles sur les prix… ou alors il faut des volumes « titanesques ».

Expédition vers la France
Si je prends un colis jusqu’à 2 kg, il faut compter au minimum 34 CHF / 30 EUR pour l’expédition… Difficile d’être concurrentiel avec des prix pareil… surtout si on a des produits « classiques » à faible valeur ajoutée.

Marketplace

Bon… j’ai des clients qui aimeraient par exemple vendre sur Amazon pour justement générer plus de ventes. Le problème c’est qu’actuellement s’inscrire sur Amazon comme entreprise suisse c’est juste pas possible. Ou alors il faut magouiller les formulaires faire « genre » on est en France avec un pôle en Suisse… mais c’est pas pensé pour notre pays.

Du coup chez nous on se retrouve avec Ricardo et TopPreise et puis on a vite fait le tour… (pour Google Shopping c’est différent). Vendre sur des Marketplace en France ne sert à rien, les internautes seront immédiatement rebutés par les frais de port qu’on va leur proposer.

Amazon Suisse
Oui Amazon expédie vers la Suisse… mais est-ce que vous connaissez une entreprise e-commerce établie en Suisse qui expédie vers la Suisse par le biais d’Amazon ? En principe se sont toujours des entreprises qui ont un pied à l’étranger qui peuvent le faire.

Peu de e-commerce rentables en Suisse

L’autre jour j’ai eu contact avec un e-commerçant français qui m’explique un peu son activité et me dit qu’il fait actuellement 6 millions de chiffre d’affaire par an avec sa boutique e-commerce. Je lui fais la remarque que c’est « énorme » pour un e-commerce d’atteindre ce chiffre… mais il avait pas l’air de trouver ça dingue (haha).

En fait en Suisse c’est très différent, il y’a beaucoup de petits indépendants ou de PME… sincèrement je vois rarement des e-commerces qui font des millions de chiffre d’affaire chez nous. Après je dis pas qu’il y’en pas… comme par exemple KissKiss avec 10 millions… mais ce sont des cas d’exception.

Pour être honnête je vois déjà assez « peu » de petites structures qui arrivent à fonctionner / s’auto-financer à 100% grâce à leur e-commerce. Il y’a aussi le cas des entreprises qui investissent dans l’aventure e-commerce… mais sans pour autant vivre des ventes rapportées par le shop en ligne.

E-commerce suisse croissance
Je suis toujours perplexe quand on parle du e-commerce en Suisse. Quand je regarde les statistiques e-commerce suisses j’ai l’impression que c’est un canal très rentable pour les entreprises, alors que ce que je vois sur le terrain n’a rien à avoir. C’est toujours plus simple de financer un e-commerce avec de l’argent qu’on a gagné « ailleurs » que de l’autofinancer avec les ventes réalisées par le web.

Bilan

Roh ! Oui j’ai pas été très « positifs » au travers de ces différents points, mais il faut reconnaître que notre pays n’est pas forcément le mieux servi pour faire du e-commerce. Peut-être qu’un jour quand pourra expédier à l’étranger à un coût raisonnable (en France surtout), je pense que la situation pourra se débloquer. En attendant, il faut faire avec… donc soyez géniaux, cultivez la différence pour que des internautes aient envie de venir chez vous, même si vous n’êtes pas le moins cher.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 commentaires sur “Les Suisses… grands perdants du e-commerce”

    1. Bonjour,

      Il faut être réaliste c’est sûr, mais malgré tout cela n’empêche pas de réussir son business e-commerce en Suisse. En ayant ces constations à l’esprit on se rend mieux compte de l’importance d’être différent pour survivre à la concurrence des prix.

      A bientôt !

  1. Le gros problème de la suisse par rapport au e commerce c’est surtout le fait de ne pas être intégré dans le marché unique, les droits de douane et compagnie c’est plus que pénible et moyenâgeux. Peut être que le résident/client Suisse est habitué à ce surcoût, mais c’est clairement un frein au développement de toute boutique chez vous.

    1. Hello,

      C’est exact, comme on n’est pas vraiment dans l’union européenne on reste cloisonné. Faire des bons deals en important la marchandise et en la revendant sur place en Suisse, c’est jouable… Par contre, pour la revendre à l’étranger c’est très difficile, sauf si vraiment on a une exclusivité (ce qui est plutôt rare).

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *