Six Accessories mode

Comment SIX accessories génère des ventes ?

Si vous êtes une miss, certainement que vous connaissez le magasin SIX Accessories, spécialisé dans les accessoires pour femme. Ils ont beaucoup de magasins physiques, mais ne vendent pas directement via internet.

SIX accessories en magasin

En fait pas très loin de chez moi à Martigny (VS), le magasin physique SIX accessories dans le centre commercial « Quartz Center » est en train de tout solder (70% sur tout)… ils ferment. Les temps sont forcément plus dur pour tout le monde, même pour les grandes enseignes.

Du coup je me suis dit que j’allais regarder quand même ce qu’ils proposaient comme offre « online », car je me suis dit que certainement ils devaient chercher à réduire les frais et que la vente en ligne c’était peut-être pour eux un modèle économique plus rentable… Et là, surprise sur le site officiel de SIX accessories pas de shop online.

Site Accessories | Bijoux
En fait leur stratégie c’est de faire plutôt un site vitrine assez généraliste sur leurs offres et d’inciter les clients à venir voir le produit directement en magasin. On peut se poser la question si en 2017 c’est vraiment encore une bonne méthode. Pourquoi ne pas faire les deux (offline et online) ?

Leur force ? Les réseaux sociaux !

Forcément je me suis demandé comment ils faisaient pour soigner leur présence sur le web… un site vitrine c’est quand même un peu juste… En fait l’entreprise est présente sur les trois réseaux populaires, Instagram, Facebook, Pinterest, des canaux sociaux qui se prêtent assez bien à l’univers de la mode.

Sur Instagram on retrouve un mix de photos avec une orientation qui se veut plutôt « cool » et pas trop axée commerciale. On voit qu’il y’a régulièrement des likes sur les photos… moins de commentaires par contre (c’est aussi le comportement des utilisateurs Instagram… flemme d’écrire). Sur le compte principal on peut lire le chiffre 21’000 abonnés… il y’a donc un bel engagement social.

Six Accessories Instagram
Du classique dans l’univers de la mode, mais les jeunes filles adorent ça faut dire… Sur Instagram on adore la beauté et le paraître…

Sur leur page Facebook on retrouve encore un bel engagement avec 175’000 personnes qui aiment la page… c’est plutôt bon signe. Par contre, je constate que la publication est la même que sur Instagram ce qui à mon sens n’est pas une bonne chose. Chaque canal devrait avoir sa propre actualité… d’autant plus qu’ici ils se servent surtout des réseaux sociaux pour véhiculer leur communication.

Un autre point qui me choque aussi c’est au niveau de la communication, il me semble qu’il y’a une page unique et pas de page ciblée par langue. Oui on parle tous un peu anglais, mais ça nous parle moins quand le contenu n’est pas dans notre langue… J’aurai aimé avoir une communication en français pour que cela me touche plus émotionnellement.

Communication via Facebook
Les commentaires semblent un peu timides… le nombre de « J’aime » sur chaque publication n’est pas fou non plus… à proportion de l’entreprise. Peut-être qu’il serait plus sage d’avoir une page locale dédiée à chaque langue / pays.

Et enfin Pinterest … là on constate quand même que c’est un peu plus calme avec seulement 1314 abonnés (oui c’est déjà ça), mais on sent clairement que ce réseau est moins développé. Un point positif par contre le contenu est différent de Facebook et Instagram et forcément ça incite à suivre la marque sur un canal différent.

A proportion de tous les produits qu’ils proposent, personnellement j’aurait shooté chaque produit vendu en magasin et j’aurai inondé Pinterest… + j’aurai mis à chaque fois une personne qui porte aussi l’accessoire pour le montrer en mode « porté ». Mais bon je vais pas commencer à dicter leur stratégie ahaha…

SIX accessories Pinterest
Pinterest est la zone plus faible au niveau de l’engagement… c’est peut-être aussi sur ce réseau social qu’ils ont le moins investi de temps.

Pas de shop ? Comment est-ce possible ?

Sincèrement on peut se poser la question comment ils peuvent se passer du canal internet… Oui c’est vrai que y’a de la concurrence sur le web et que y’a Ali Express ou encore Wish qui vendent des bijoux pour 3 fois rien… mais sincèrement ça me frustre de ne pas avoir leur offre en ligne.

Est-ce que c’est trop cher ? Passez rentable et trop de perte de temps ? L’expédition… la manutention… du coup un bénéfice trop maigre ? Sincèrement ça me dépasse un peu… mais peut-être que quelque chose m’échappe dans leur manière de faire… surtout que ça reste du bijoux pas cher, on peut en trouver facilement ailleurs dans un même registre.

Voilà un exemple de pochette fourni lors de l’achat de bijoux chez eux, une belle promotion pour les réseaux sociaux… par contre le shop online c’est « NIET ».

Bilan

La force de SIX accessories en ce moment c’est clairement via Facebook et Instagram, je trouve intéressant de constater que même des grandes enseignes ne sont pas encore sur le marché de la vente en ligne. Il y’aura toujours des gens qui diront que cela n’est pas indispensable, mais cela me fait penser surtout à Kodak le leader de la photo et qui n’ont pas voulu suivre la tendance et on sait tous comment ça c’est terminé.

Alors j’espère qu’ils vont s’y mettre et bien sûr rapidement, car ces grandes enseignes ça prend toujours un temps fou quand ils lancent un projet… Pendant ce temps on a petits nouveaux qui émergent un peu partout sur le web (dans le même créneau), mais eux par contre respirent à 100% par la vente en ligne.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

2 commentaires sur “Comment SIX accessories génère des ventes ?”

  1. +1

    Quand vous êtes un commerçant « physique », vous avez déjà obligatoirement des choses qui coûtent très cher :
    * bâtiments
    * personnel
    * sécurité (incendie, intrusion, vol)
    * stocks
    * vous savez acheter (enfin, j’espère) des produits qui se vendent (enfin, j’espère)

    Vous financez déjà tout cela et, si vous ouvrez en plus une boutique en ligne à un coût très inférieur à un commerce physique, vous ajoutez simplement un nouveau medium (ce n’est pas une voyante mais simplement le singulier de media) qui utilise l’existant pour accroître votre chiffre d’affaires.

    Ca ne marche pas ? Vous avez perdu un peu de temps et d’argent.

    Ca marche ? C’est du bonus.

    Il y a bien entendu les problèmes supplémentaires de la préparation des commandes (dans votre magasin, c’est le client qui fait le boulot) et de l’expédition (avec un coût).

    Mais vous avez immédiatement une visibilité internationale (si vous souhaitez & savez livrer au Kamtchatka) et d’autant plus de clients potentiels.

    Mais il est vrai qu’ici aussi (en France), le commerçant « physique » a peur d’ajouter une dimension « eCommerçant », je l’ai déjà vérifié.

    Merci pour vos articles, je vais commenter aussi « Etre différent pour enfin exister sur internet ! » mais ce sera un autre jour.

    1. Bonjour,

      Effectivement c’est très juste, je discutais avec ma copine hier encore et elle me disait… « Tu sais y’a beaucoup de grosses entreprises dans la mode qui n’ont pas de shop en ligne et qui vendent que par le canal physique ».

      Il est certain que cela rajoute d’autres problèmes au niveau de la logistique et de l’organisation, mais contrairement aux autres e-commerce qui ouvrent ils ont une longueur d’avance énorme… une marque porteuse, une notoriété existante… exactement le truc qui manque à la plupart des e-commerçants.

      Du coup comme je disais à ma copine… personnellement je me sentais presque frustré de voir un tel potentiel dormir… En plus, c’est le « kiff » de faire des e-commerce de mode, c’est fashion, c’est beau on fait rêver l’acheteur… et avec des milliers de références + un bon SEO, ça pourrait devenir énorme.

      Peut-être que je suis trop optimise (ahaha on croirait presque que j’ai des parts dans le magasin), car il est vrai que le prix des produits / bijoux reste assez « faible »… mais ça peut pas être « pire » que les dépenses engendrées dans des magasins physiques, car c’est pas donné non plus. Ils devraient au moins tester un projet « embryonnaire » avec quelque chose de classique qui leur coûte pas un bras…

      Merci d’avoir manifesté un intérêt pour ce billet !

      A bientôt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *