Cette année j’ai encaissé 135’000 CHF

Ce soir, il est 21h et je fais le déplacement au bureau pour boucler la fin d’année et rédiger le dernier billet pour 2016. Je me suis dit… pourquoi pas parler une fois de quelque chose de tabou « la rentabilité de mon activité ».

Fin d’année turbo !

Et oui, depuis le mois de novembre déjà… je me préparais mentalement à faire encore beaucoup de choses et finalement bam ! On est déjà la veille de Noël tout à passé si vite. Mes journées ont été bien remplies, j’ai essayé d’optimiser mon temps de travail… de ne pas faire du multi-tâches… mais c’était très difficile.

Je vais profiter de l’occasion de vous montrer de mon côté, ma situation… pour que vous puissiez aussi juger s’il peut-être intéressant de vous lancer (par exemple dans le web) ou même pour pouvoir vous comparer si vous êtes dans le même domaine.

Durant 2016 j’ai réalisé un CA de 135’000 CHF

La première question qu’on se pose c’est : « Est-ce que c’est beaucoup ? ». Finalement c’est pas si énorme que ça, beaucoup d’entreprise réalisent un chiffre largement supérieur, mais il faut noter un point très important. Dans mon domaine, je n’ai pas de matière première… ou d’article à acheter pour revendre, mes frais sont très réduits et finalement si je vends pour 135’000 CHF, il me reste un bénéfice de 130’000 CHF environ (si je déduis les achats d’hébergement / domaines etc…).

Si j’étais un marchand, imaginons… et que je vendrais des produits avec une marge de 10%… il faudrait que je réalise un chiffre d’affaire de 1’350’000 CHF pour obtenir la même rentabilité. C’est juste « fou », bon forcément tout dépend de votre marge, mais cela pour dire qu’un plus gros chiffre d’affaire ne signifie pas forcément un plus gros bénéfice.

Comment j’ai gagné cet argent

Actuellement, je gagne de l’argent sur plusieurs canaux, voilà comment le montant de 135’000 CHF est dispatché.

67’000 CHFVente de module Prestashop
– via  Prestashop Addons :
32’000 CHF
– via le shop de Webbax :
26’000 CHF
– vente interne (offre / devis) :
9’000 CHF
30’000 CHFVente de site e-commerce (Prestashop)
27’000 CHFDéveloppements sur mesure (Prestashop)
Intervention à la demande  (Prestashop)
5’000 CHFService après-vente
4’000 CHFVente de site (WordPress)
2’000 CHFVente d’hébergement / domaines

En gros je vends autant de modules Prestashop que de création de boutique + intervention à la demande c’est un peu 50/50, mais il faut reconnaitre que Prestashop Addons est un très gros apporteur d’affaire malgré sa prise de commission à hauteur de 30%.

Est-ce que j’ai des frais ? Bien sûr comme tout le monde, j’ai un loyer privé… mais aussi un loyer professionnel pour mon bureau avec toutes les charges. Mais malgré tout, cela reste assez intéressant, car ça me donne environ 10’800 CHF par mois brut… montant sur lequel il faut bien sûr retirer toutes les charges pour trouver ensuite le salaire net.

L’objectif à terme

Avec Webbax, je suis monté tout doucement… au début quand j’ai démarré je faisais genre 30 000 CHF annuel… puis je suis passé au double… au triple… enfin je quadruple… Actuellement je suis à un stade barrière, je sais déjà qu’avec ma structure « 1 personne » et ma méthode de travail actuelle, il ne sera pas vraiment possible d’aller beaucoup plus haut, même en y mettant plus d’efforts.

La raison ? Je dois fournir un effort / attention pour chaque client, je ne peux pas automatiser certains processus pour décupler la rentabilité, ni trop monter les prix. Ce que je pourrai faire c’est développer peut-être plus de modules, pour assurer plus de revenus automatisés, mais là encore c’est une grande question.

Ce qui serait intéressant, c’est de multiplier encore le chiffre d’affaire par 2 pour avoir une bonne marge de manoeuvre pour tenter des tas de choses… oui c’est pas encore prêt d’arriver, mais je cherche des solutions… Disons qu’actuellement vu la situation actuelle au niveau des impôts, c’est pas la meilleure des tranches pour l’imposition.

Obligation de souscrire à la TVA

Ces dernières années j’ai essayé de maitriser le chiffre d’affaire pour qu’il ne passe pas au-delà des 100’000 CHF afin d’éviter aussi la problématique de la TVA, mais actuellement je n’ai plus le choix, il va falloir que je m’y attèle comme tout le monde.

J’aimerais tous vous remercier

Tous ces petits clients qui m’ont payé 100 CHF pour un module, ou 100 CHF pour une intervention… à force de les cumuler c’est grâce à vous que je peux continuer d’avancer d’évoluer et bien sûr mieux me développer. Pour moi chaque client a toujours été important peut importe sa taille, déjà rien que par le fait de me donner sa confiance, c’est toujours très gratifiant.

Limitation des clients

Pour 2017 je vais devoir prendre des mesures… je ne pense pas que je vais continuer à pouvoir travailler avec « tout » le monde, car j’ai beaucoup de requêtes et j’essaie de faire au mieux. Seulement à un certain moment, avec une trop grande rotation de clients, vous ne pouvez plus avoir le répondant nécessaire et l’attention nécessaire pour chacun. J’ai encore du travail à faire sur ce point, il faudra que je pense à « savoir refuser », pour éviter la surcharge, voir l’explosion.

Bilan

On va s’arrêter là pour aujourd’hui, sinon demain on serait encore là. L’année 2016 c’était sympa, j’ai beaucoup appris… et je suis très content d’avoir pu développer King-Avis qui était mon projet d’envie du moment.

Pour le mois de janvier il faut absolument que j’attaque la mise à jour des modules Prestashop vers la version 1.7, mais avant cela je vais bien sûr prendre le temps de profiter des fêtes.

Webbax ferme pour 2 semaines (le blog aussi), j’espère que vous aussi vous avez des vacances, profitez bien et passez de bons moments avec votre famille et vos proches.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

8 commentaires sur “Cette année j’ai encaissé 135’000 CHF”

    1. Bonjour,

      Concernant la sous-traitance, c’est une grande question, tout dépend pourquoi on cherche à le faire.

      Actuellement, en terme de capacité d’exécution j’atteins le maximum… pourquoi sous-traiter ? Pour gagner plus d’argent ? Peut-être, mais à quoi ça sert en finalité ? Gérer plus de tâches administratives ? Pour ma part, cela ne m’intéresse pas vraiment.

      Dans ce que je recherche actuellement, c’est surtout de pouvoir traiter la plus grosse masse de travail possible, tout en pouvant l’exécuter seul et sans devoir déléguer des tâches, afin que tout repose uniquement sur ma personne (oui ça va à l’encontre de beaucoup de recommandations).

      Cela dépend vraiment des objectifs de chacun, mais aujourd’hui mon plaisir c’est de travailler dans le e-commerce, créer des choses, tester… « m’amuser » avec le web si on peut dire cela ainsi.

      Ce que j’essaie toujours de me dire, c’est : « Qu’est-ce que je ferai, si l’argent en soi n’était pas une finalité ? ». Est-ce que je ferai de la sous-traitance ? Surement pas, c’est pas vraiment intéressant en soi (pour ma part). C’est un peu comme demander à un comptable s’il n’avait pas besoin de travailler, est-ce qu’il ferait de la comptabilité le week-end, pour se détendre ?… difficile d’imaginer cela… on le fait en principe dans l’attente d’une rémunération.

      Par contre, dans le web, la création… le développement… c’est un plaisir, on peut le faire juste pour s’amuser et quand ça rapporte en plus de l’argent c’est « super ». Mais bien sûr tout dépend, il y’a une grande question aussi de philosophie… d’approche, de ce qu’on attend de la vie, de ses raisons d’être etc…

      Dans cette réponse je m’éternise un peu certes, mais pour vous dire qu’une fois j’ai sous-traité un travail et j’avais eu mon plaisir « gâché », parce que justement moi mon plaisir c’est d’exécuter, faire la « manutention ». Devenir un gestionnaire de projet et ne plus pouvoir m’amuser à coder des projets. Actuellement être un « homme à tout faire »… c’est ça je pense qui me plaît au quotidien.

      Bien sûr, tout dépend de sa personnalité et de ce qu’on cherche à faire sur le long terme.

      Merci de continuer à me lire !

  1. Salut Germain,
    Reste comme tu es et garde ta philosophie. Ton travail enfin ta passion est telle que c’est un réel plaisir de travailler avec toi. Si tu sous-traites, autant que j’aille directement à Lyon chez la personne qui se propose plus haut… et puis vérifier le travail effectué par le sous-traitant ne te fera pas gagner tant de temps que ça. Si nous travaillons avec toi c’est parce que tu es une belle personne, tu es aussi méticuleux et tu gères chaque demande avec un tel professionalisme. Tu es aussi de bon conseil, sans penser en premier lieu à faire du fric sur le dos de tes clients. T’as tout compris au « business » Germain ! Tu es digne de confiance et surtout reste comme tu es et continue comme ça. MERCIIIIII

    1. Hello Edgar,

      A mon avis tout est question de philosophie et de ce qu’on cherche à faire… mon plaisir aujourd’hui c’est d’avoir un contact avec la partie technique, aussi de pouvoir gérer le client, mais aussi d’observer toutes les problématiques liées en général au e-commerce pour avoir une vue d’ensemble.

      Sur le marché des prestataires, certainement que je ne suis pas le meilleur marché… mais pas le plus cher non plus. Je dois mixer plaisir et aspect financier pour que tout le monde puisse trouver son compte, même si forcément ce n’est pas toujours simple à concilier tous les paramètres.

      Etant parti de zéro, je sais aussi ce que ça implique de « gagner » de l’argent, j’essaie donc aussi de conseiller au mieux les clients pour qu’ils investissent l’argent au meilleur endroit possible.

      Ce que je conseillerai à toutes les personnes qui se lancent, c’est surtout de commencer tout petit… avec un Prestashop simple et d’investir petit à petit, si vous arrivez à amorcer votre business (bien sûr tout dépend des clients et de l’entreprise).

      Durant les années à venir, il faut que je réfléchisse sur des potentielles « boxes de prestations » à prix forfaitaire avec des optimisations régulières qui peuvent booster des sites e-commerce le plus rapidement possible (avec une maîtrise des coûts à prix fixé d’avance). Il y’a encore un très gros potentiel sur lequel il faut se pencher…

      Merci pour ta confiance !

    1. Bonjour,

      Oui, ça permet aussi de confirmer pour d’autres personnes que le marché du web est tout à fait accessible (côté prestataire) même si on est une petite structure.

      Merci de me lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *