Vous aimez vos produits ? C’est vital pour votre survie !

Lancer un e-commerce tout le monde le fait actuellement, chacun a son idée en tête et des étoiles plein les yeux (heureusement)… Mais qui restera debout sur le ring dans les moments difficiles ?

Sur internet c’est plus rapide, mais plus hard

Ce qui est traitre sur internet c’est qu’en quelques clics seulement on peut effectivement avoir un espace de vente ce qui est plutôt positif sur le plan « technologique ». Par contre, c’est totalement déconnecté de la réalité, car un site qui ouvre aujourd’hui, ne commencera pas à faire des ventes demain (oui bon si vous faites du Adwords, mais vous m’avez compris).

On a de la chance, car il y'a les outils à portée de main... c'est facile et presque totalement gratuit. Mais finalement c'est l'étape la plus simple du processus.
On a de la chance, car il y’a les outils à portée de main… c’est facile et presque totalement gratuit. Mais finalement c’est l’étape la plus simple du processus.

En 1900 on avait le même problème

Ce qui est déterminant c’est surtout « comment vendre » ? Avec internet tout le monde peut se débrouiller pour ouvrir une boutique en quelque clics, nullement besoin d’avoir une agence web pour ça. Et bien sûr il faut avoir la fibre commerciale, si vous n’êtes pas un vendeur dans l’âme, difficile de s’imaginer « rayonnant » sur internet, car finalement les processus virtuels sont identiques à ceux exécutés dans le commerce physique.

A l'époque, finalement il fallait oser faire sa publicité... Aujourd'hui pour vendre ses produits ce n'est pas plus simple pour autant même si on a beaucoup de canaux publicitaires à disposition.
A l’époque, finalement il fallait oser faire sa publicité… Aujourd’hui pour vendre ses produits ce n’est pas plus simple pour autant même si on a beaucoup de canaux publicitaires à disposition.

Trois ans sans salaire ça vous tente ?

C’est pas parce qu’une boutique en ligne se créé en 5 minutes que le retour sur investissement lui est immédiat, en fait personnellement j’applique le même raisonnement que pour une entreprise standard. Il faut compter en « années » pour savoir si vous allez réellement tenir ou non, beaucoup de personnes qui se lancent arrêtent après 12 mois, parce qu’ils n’ont plus la motivation.

Il faut dire aussi que le résultat, repose aussi sur le travail fourni sur la boutique et sur tout ce qui gravite autour de votre activité. Il est impensable d’espérer un retour sur investissement exponentiel quand vous démarrez, si vous rentrez dans vos frais et que vous faites déjà un petit bénéfice après 1 ou 2 ans, vous pourrez vous estimer heureux.

Selon 1001startups 50% des boites qui se lancent auront disparu dans les 5 premières années. A mon avis c'est presque "peu", en ce qui concerne le domaine du e-commerce, je mettrais plutôt le chiffre à 80%.
Selon 1001startups 50% des boites qui se lancent auront disparu dans les 5 premières années. A mon avis c’est presque « peu », en ce qui concerne le domaine du e-commerce, je mettrais plutôt le chiffre à 80%.

Face à la crise

Chez certains clients je le vois forcément, « ça coince »… difficile de vendre, concurrence rude sur l’étranger et pas évident d’avoir des bons prix pour l’expédition depuis la Suisse. C’est surtout dans les moments critiques, que vous allez savoir si votre entreprise pourra perdurer ou non, voir même quand vous serez sur le seuil de l’endettement.

Pour faire simple, vous avez les e-commerçants qui vendent pour « gagner de l’argent » et ceux qui le font parce que c’est « une passion », l’approche est radicalement différente, car la passion permet de survive dans des moments très critiques.

Des moments difficiles il y en aura forcément et je pense sincèrement qu’aujourd’hui un e-commerce, sans un passionné derrière… c’est « mort-né » d’avance ou alors, vous avez vraiment un budget solide qui vous permet d’affronter la crise, mais j’ai pas vu ce genre de client venir chez Webbax (peut-être qu’ils sont chez la concurrence).

Chez Dandyfrog, si on vend du parapluie c'est parce qu'il y a une réelle envie de création d'apporter quelque chose de nouveau (sur un marché de niche). Typiquement j'aime ça, d'ailleurs j'ai pris un parapluie chez eux, parce que c'était un produit "différent" !
Chez Dandyfrog, si on vend du parapluie c’est parce qu’il y a une réelle envie de création d’apporter quelque chose de nouveau (sur un marché de niche). Typiquement j’aime ça, d’ailleurs j’ai pris un parapluie chez eux, parce que c’était un produit « différent » !

Bilan

Quand je donne des conseils, parfois les marchands font grise mine… (Le marchand : « Optimiser ma fiche produit ? Bon… pfff c’est pas assez bien ? Quoi toutes ? »). J’en conviens que s’il faut détailler des fiches produits pour des pièces de voitures… y’a plus intéressant.

Posez-vous la question : « Ou est ma motivation ? ». L’argent / réussite n’est pas un moteur en soit, mais un aboutissement… il faudra du temps avant de récolter les premiers résultats. C’est pour cela que j’encourage chacun de vous à motoriser son business sur une passion.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *