Le e-commerce suisse avec le crash de l’Euro

Vous en avez certainement entendu parler récemment, le problème entre l’Euro et le Franc suisse… Suite à la baisse de l’Euro, cela a passablement changé la donne au niveau du e-commerce avec l’étranger, mais qui est le grand gagnant ?

Mettez à jour le cours dans Prestashop

La première chose le plus important, avant de commencer à perdre de l’argent sur vos ventes à l’étranger… c’est d’actualiser le cours du change dans le back-office de votre boutique (si vous proposez l’EUR et que vous êtes basé en Suisse). L’autre jour, justement… sur ma boutique j’affichais un prix en EURO qui était bien trop bas par rapport au CHF… du coup j’ai fait une vente avec une perte (honte à moi).

Sous localisation -> Devises, pensez à mettre à jour le cours de l’Euro

Economie de 25% sur l’étranger

A quelque part on a de la chance, car notre pouvoir d’achat en Suisse est à présent plus grand… pour 100 CHF = 100 EUR (contre 80 EUR environ il y’a quelques semaines).Vous pouvez donc faire environ 25% d’achat en plus que d’habitude, pour la même somme d’argent. Vous voulez vous faire un stock pour votre boutique e-commerce ? C’est le moment… il faut profiter… la Suisse se trouve en position de force pour l’achat à l’étranger… et comme la plupart des e-commerçants importent de la marchandise, c’est un bon deal.

La vente à l’étranger sera difficile

Déjà à l’époque c’était pas si évident de vendre sur la France, à commencer à cause des frais de ports qui sont souvent « hors de prix » chez nous (bon les e-commerces suisses tentaient de faire un effort en faisant un forfait). Le problème c’est que maintenant en Suisse on est 25% plus cher rien qu’à cause de la dégradation du cours… (sans compter le reste autour). La vente sur l’étranger s’annonce « encore » plus difficile avec une telle nouvelle.

L’acheteur ira ailleurs

Pourquoi le client étranger achèterait sur un e-commerce suisse ? La plupart des produits sont non-exclusifs et disponible un peu partout dans tous les pays. Il faudrait être un peu c*** pour vouloir acheter chez nous… On retrouve là aussi une importance primordiale sur le fait de proposer des produits « uniques » non fabriqués par la grosse industrie, ce qui permet de garder un marché même via une hausse des prix (hélas ce genre de commerce reste relativement rare, le « handmade » peut-être dans ce cas valorisé).

La Suisse sera difficilement concurrentielle

L’autre jour j’ai déjà vu un premier cas « grave »… je devais récupérer des fonds récoltés sur Prestashop Addons (environ 4000 EUR), rien qu’avec le change j’ai perdu environ 1000 CHF c’est juste « énorme »… Le cercle est vicieux, augmenter les prix signifie forcément « vendre moins » et laisse tel quel conduit à une perte sur chaque vente… le choix est difficile, mais encore pire pour celui qui a un e-commerce réel avec un stock de produits « tangibles ». Cela devient presque « énervant » de faire de la vente en Euro… ou alors il faut augmenter ses prix pour combler le manque.

Le marché suisse-allemand

La barrière des langues en Suisse c’est toujours assez compliqué… faut s’adapter, traduire… comprendre… Mais vu la situation économique vers laquelle on se dirige, le marché des prix à l’étranger sera « effondré ». Il est donc important de prendre en réflexion le contour sur un marché plutôt local, quitte à faire de la promotion sur la partie alémanique, qui concerne le 65% de la population (proximité = réduction des coûts).

Bilan

L’économie c’est pas trop mon truc…mais là l’impact est directement dans la réalité ! Dans les médias on ne s’est pas vraiment attardé sur la question de la vente via le web… c’était dur avant, cela le sera encore plus aujourd’hui. Il y’a aussi une prise de conscience à avoir, pour vendre à l’étranger il ne suffit pas d’activer les langues et des devises… il faut être dans les prix et dégager un bénéfice !

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

2 commentaires sur “Le e-commerce suisse avec le crash de l’Euro”

  1. En ce qui me concerne je suis pas trop inquiet, j’adapte mes prix pour les fournisseurs qui facturent en Euros et heureusement que ma politique de stockage, à savoir de juste avoir l’essentiel des nouveautés du moment, me permet de ne pas avoir un stock de matos achetés au taux de change plus élevé…
    D’ailleurs, la semaine passée j’ai fait un paiement de 500€, débité CHF 501.-… Coooooool!

    En revanche mes fournisseurs en Suisse sont plus embarrassés vu qu’ils importent passablement de marchandises depuis la zone Euro… Du coup, une baisse de prix signifierait une perte…

    Côté ventes… Ben j’ai reçu deux commandes de la France durant le week-end… Cela ne semble déranger personne…enfin, je pense surtout qu’ils ne sont pas bien informé…ou pas du tout… Bon, mon avantage réside dans le fait que je ne vends pas des produits forcément disponible partout…

    Pour le marché alémanique… J’ai bien tenté de traduire mon site, mais après il y a tout le côté SAV, mails, etc… Faut qqun qui maîtrise l’allemand….

    1. Hello,

      Pour acheter la marchandise à l’étranger cette chute de l’Euro reste un bon deal c’est sûr ! Par contre, au niveau des intermédiaires / grossistes suisses, j’ai vu que certains ne proposaient pas de réductions des prix à leurs revendeurs locaux… du coup ils font un bénéfice eux-même déjà rien que sur le change.

      La concurrence sur les produits influence ce problème, il faut croire que tu as encore de la chance de t’attaquer à un marché ciblé et que ces types de produits ne se livrent pas forcément une bataille acharnée au niveau des prix.

      Pas évident le marché suisse-allemand, parfois dans certains couples qui font du e-commerce l’un ou l’autre est billingue ça peut-être gros un atout 😉 mais bon on ne peut pas choisir son conjoint en fonction de ce critère…si ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *