Les cahiers des charges Prestashop qui font peur…

Fiou, bon allez c’est le taquet today… y’a des mails… y’a des tel… y’a des trucs à faire et qui sont en rade ! Mais voilà je prends quand même le temps de faire un billet c’est cool hein ! Today on parle administration et oui !



Quand je reçois une demande de devis
Ben c’est rarement la même chose, parfois je reçois une ligne de texte du genre « quel est le prix pour une boutique ecommerce » ? Bon… d’autres y’a plus de 3 ou 4 lignes et d’autres bien sûr qui m’envoient un véritable cahier des charges… ils savent ce qu’ils veulent… ils sont pas en mode freestyle et ils se marrent pas (dommage…).

Hier j’ouvre une demande
Le cahier des charges fait une 15aine de pages c’est déjà un gros truc, je le sens bien… bon je prends le temps de le lire rapidement… histoire de voir un peu l’attente du client et le type de projet. Du coup j’essaie de cibler des points importants mentionnés par le client… pour me dire ah oui… y’a ça ou encore… genre ce détail sera important….

Voilà par exemple quelques points
Je vais vous mentionner quelques points importants, que j’ai trouvé dans le document, je vais pas le publier ici parce que bon… ça passerait pas trop.

– présentation d’une maquette PSD
– présentation d’un site maquette « naviguable »
– création / intégration du template
– besoins spéciaux sur les fiches produits (champs à ajouter)
– multi-langue
– temps de chargement rapide
– monnaie selon le pays
– format des commandes variables (selon les pays)
– responsive (compatible tablette & mobile )
– facebook login
– personnalisation des réductions
– amélioration du moteur de recherche
– enquête de satisfaction
– programme de fidélité
– espace professionnel
– customisation de la création du compte (nouveaux champs)

Et j’en passe… y’a une dizaine de page de ce genre de choses….

Et la touche finale
Bon j’arrive au fond du document… je me dis que y’a du job quand même et là je vois au niveau du délai « mise en ligne dans 1 mois »… et le truc qui m’a tout simplement fait basculer de la chaise… j’ai bien du regarder à deux fois… le budget inférieur à 3’000 CHF / 2’400 EUR…

Je me pose des questions…
Peut-être que pour les prestataires français c’est suffisant ce tarif (pour un freelance)… mais quand j’ai lu tout  le truc… je me suis dit qu’il y’avait en tout cas un bon mois de travail… à plein temps (bon je dis ça de tête… c’est peut-être 2 mois pour une personne seule) le budget est juste ridicule… La création d’une maquette par un pro…. puis encore l’intégration… rien que ça je pense que ça représente le budget du client voir même plus… ça m’a tué. Oui ça m’a achevé qu’on puisse faire un cahier des charges aussi exigeant, avec un budget aussi misérable… à croire que c’est leur plaisir de faire bosser les gens pour que dalle…

Alors je contacte le client
J’ai pris quand même mon tel, pour dire au client que j’avais bien reçu sa demande, mais que je n’étais pas intéressé… Du coup celui-ci me demande la raison et je lui répond que le budget et largement insuffisant… qu’il faudrait peut-être ajouter un zéro…. Et le client me répond donc « Ah oui vous pensez que c’est pas assez pour ce qu’il y a à faire ? »… ahaha truc de fou… ben voilà… c’est à se demander si certains clients se rendent compte du temps que ça prend et le prix du travail à effectuer… c’est pas un simple clic vautré dans son fauteuil (des fois oui… qu’y a plus qu’à activer le site)

Bilan
C’est important le cahier des charges, imaginez ce même client qui me demande, j’aimerais une boutique e-commerce rien de bien compliqué (on peut se trouver dans une merde pas possible après)… Du coup on voit ce qu’il pourrait en fait attendre derrière grâce à son document. Mais bon… franchement je ris d’avance… aucune boîte sérieuse voudra le faire… du coup je pense qu’ils vont peut-être faire sous traiter ça en France ou ailleurs et se faire arnaquer… par des freelances qui font ça le week-end… j’ai tellement déjà vu de fois ce cas (après c’est Webbax qui doit réparer ahaha….). Bon ben si tu es intéressé par cette réalisation, je t’envoie le client n’hésite pas 🙂 !

15 commentaires sur “Les cahiers des charges Prestashop qui font peur…”

  1. On en a tous de clients comme ca mais faut pas trop leur jeter la pierre.

    Sur le marché francais avec le statut auto entrepreneur tu as des milliers d’agents plus ou moins nuls qui interviennent.
    Il faut y rajouter La Poste et meme les hébergeur 1&1 and co.

    Du coup les clients ignorent complétement le temps de travail que cela demande, et la différence entre un travail pro et un travail bâclé.

    Mais je te rassure les français récupèrent aussi du travail de suisse baclé 😉

    1. Ahahaha… je savais pas pour le travail de suisse bâclé 🙂
      Faut dire que peut-être avec le même budget en France on peut espérer un meilleur résultat.
      Bon le top du top c’est quand même codeur.com, il faut le voir pour y croire… (je me demande d’ailleurs ce qu’il y a au bout quand je vois les prix).

  2. Bonjour,
    Je rejoins Cortone sur le fait qu’en France avec le statut auto-entrepreneur on voit de tout et surtout du n’importe quoi… Combien de fois les clients appellent au secours quand ils n’acceptent pas mes devis et vont voir au moins cher, et que gentiment je leur propose de traiter avec leur super prestataire que je ne suis pas là pour réparer toutes les monstruosités des autres 🙂

    J’ai aussi eut ce même genre de demande il y a 1 mois, avec un budget max de 2000€… Rien que 5 jours de boulot d’intégration de la charte graphique et le budget est mangé.
    Du coup le client a demandé si on ne pouvait pas reprendre l’un de ses sites fait avec drupal + module e-commerce et le modifier. Mais bien sur.

    Le plus important au final, est de savoir dire non et ne pas accepter n’importe quoi à n’importe quel prix.

    PS: Oui codeur.com fait vraiment peur, on se demande comment font les prestataires pour vivre… j’ai mon idée 🙂

    1. Le client qui va où le prix est le moins cher j’ai déjà vu bien souvent…
      Mais j’ai vu aussi souvent le clients revenir en pleurant avec la réalisation toute « moisie »… avec hébergeur « super-discount »
      Pour Codeur c’est sûr qu’en Inde… ils ont pas le même confort et la même paie… et pour le paiement c’est vraiment « payé à la fronde ».

  3. pfff. arretez de cracher sur codeur les mecs. j’utilise assez souvent leurs services comme partout il y’a des bons et des supers nazes mais au final avec des budgets serrés on arrive à avoir du travail satisfaisant.

    l’e-commerce évoluant à grand V, perso je ne mettrais plus (je le fais en 2008) 15mil euros sur un site web, pour qu’il soit obsolète dans 6 mois et pire, que l’on me fasse payer chaque demande de développement au prix fort.

    il est clair, que libre à vous de ne pas accepter un projet qui vous semble suicidaire financièrement pour votre business mais vous ne pouvez pas critiquer un mec qui se lance avec comme seul ressource sa paye de son ptit job d’été pour essayer de faire fortune.

    dans tous les domaines c’est la même chose, ça se trouve vous même vous avez du en faire rigoler plus d’un en essayant de trouver un local pas top cher pour s’installer ou en faisant une proposition sur un site de petites annonces pour un ordi.

    désormais, c’est ça la magie du net. on peut trouver de tout et du n’importe quoi. un jour, il y’a même un mec qui m’a développe un module entier gratis, juste pour que j’apparaisse dans ses références (photo, mon nom, nom de la boite, du site et un texte hyper sympa) 🙂

    aujourd’hui, il nous arrive de bosser ensemble et malgré le premier taff gratuit, il n’hésite pas à demander le juste prix, et en tant que client près de sous, je demande toujours des délais de paiement a rallonge 🙂

    1. Pourquoi pas, je pense que ce modèle de business est tout à fait rentable… faire de « l’offshore » c’est la méthode utilisée par la plupart des entreprises pour générer du profit à court terme (peut-importe le secteur d’activité).

      Même si la qualité ne suit pas c’est pas vraiment important ce qui compte avant tout c’est de vendre le plus vite possible pour générer un maximum de cash (logique en même temps).

      Mais comment dire… personnellement je ne pense pas tirer satisfaction de cette manière de travailler, parce qu’on profite simplement de la condition sociale « supérieure » du pays pour « exploiter » des gens à l’étranger… qui ont 3 fois rien… et qui accepteraient tout « peu importe les conditions » tant qu’il y a une rémunération au bout.

      Et il faut encore dire un truc… personnellement j’aime jouer avec le code et les outils web… si demain je fais plus que de la gestion de projet… je peux bien gagner le double… mais bon la gestion de projet c’est pas le même job… puis il faut aimer ça.

      Pour le moment j’en suis pas à ce stade et ça me plairait pas vraiment de fonctionner ainsi… mais comme il ne faut jamais dire « jamais »… à voir d’ici 1 ou 2 ans si j’ai toujours le même discours 😉

  4. j’avoue meme en passant par odesk ou codeur malgrés les avis on est meme pas sur de trouver un bon web developpeur !

    mais les gars faut pas trop vous pavaner non plus !!! 2000 euros et vous crachez dessus ? 2000 euros = 5 jours de travail pour certains !!!

    ya des gars qui bossent durs en usines et qui ont des diplomes et qui gagnent 1500 euros par mois !!!

    mon premier site m’a couté 200 euros !!! et j’avais une 50 aines de commandes des le premier soir !!!

    mes 2 autres sites m’ont couté environ 6000 euros en 18 mois mais m’ont rapporté beaucoup grace au seo manager qui m’a couté 250 dollars par mois !!

    ok le cout de la vie est plus chere n europe mais kan on a un budget restreint ya toujours moyen de trouver une bonne ame pour se dévouer 🙂

    mais il faut kan meme faire attention qu’un prestataire vous prenne 10 euros de l’heure ou 60 euros de l’heure on n’est pas sur qu’il puisse résoudre l’ensemble des bugs car faire un site internet c’est faire appel a un graphiste, web developpeur, seo manager etc….. 🙂

    1. Hello,

      Pas facile de trouver le bon interlocuteur, selon mon expérience il est important de pouvoir nouer un contact de proximité pour que ça puisse être durable dans le temps (les relations distantes inter-pays, je reste moyennement convaincu).

      Au niveau des prix tout dépend des exigences du client… même si le prix demandé au client est de 2000 euros au final, il prendra plus de temps que 5 jours de travail… pour réellement « tout finaliser »…. même sur des petites boutiques je boucle rarement le tout en 5 jours… le processus de déploiement prends du temps, échange de mails… téléphones etc…

      Bon concernant la 50 aines de commandes dès le 1er soir… heu non faut quand même pas abuser, avant d’arriver à ce stade, il faut bien plus de temps que ça….

      Il est possible de s’en tirer à bon compte au niveau des prix en collaborant avec l’étranger, mais il y’a aussi beaucoup de contraintes… idéalement il faut tester l’interlocuteur sur des petits développements avant de passer sur un gros projet.

      Bonne continuation !

  5. Je suis ou plutôt j’étais un freelance français en développement web et référencement. Je viens d’arrêter après 2 ans d’activité (devrais-je dire « inactivité » ?) : problèmes administratifs (c’est la France), techniques (en matière de web il y a un nouveau truc par mois environ nécessitant un temps de formation conséquent, attaques quotidiennes du serveur…) et surtout absence de demande/budget…

    Avec la crise la priorité des entreprises n’est pas de refaire leur site ou d’avoir un budget e-marketing… Allez expliquer à un prospect qu’il faut qu’il dépense 5000 euros minimum pour améliorer son référencement et qu’en plus il faut qu’il attende minimum 3 mois pour espérer un hypothétique résultat à ce travail… J’étais arrivé à 100% de temps de prospection et, même avec un petit pack site vitrine WordPress responsive sous les 1000 euros c’est trop cher !… Les 2 derniers prospects sérieux que j’ai eu : l’un a fait faire son site au black et l’autre a reporté son projet de site e-commerce à l’année prochaine…

    Il y a effectivement une concurrence féroce et déloyale : travail au noir, auto-entrepreneurs (j’ai eu un prospect qui voulait que je lui fasse cadeau des 20% de TVA pour m’aligner sur les tarifs des auto-entrepreneurs !), pages Facebook et blogs gratuits, plateformes de sites genre Wix ou e-monsite, offres des hébergeurs genres 1&1 ou Saas, l’agence web n’a pas d’avenir (se spécialiser sur les CMS ou frameworks les plus connus : c’est là-dessus qu’il y a le plus de concurrence !), le référencement c’est du pipeau car il n’y a plus moyen pour les petits d’être 1er sur Google sans budget à 6 chiffres… Ah j’oubliais, j’ai dépensé plus de 700 euros de frais pour fermer ma société !

    Je suis désormais chômeur et je ne sais pas ce que je vais devenir (j’ai peu d’espoir de trouver un job salarié dans le web, je suis en situation d’échec dans le métier et je me fais vieux). Alors bon courage et bonne chance à ceux qui continuent dans ce métier.

    1. Hello,

      Merci pour ton retour d’expérience.

      Il est vrai qu’actuellement le marché du web est difficile et que la concurrence est partout… très rude, avec un cassage des prix. Les échecs font aussi partie de la vie du « freelance / entrepreneur », cela peut arriver à tout le monde… mais arrive surtout à ceux qui tentent leur chance.

      De mon côté je me suis demandé moi aussi comment faire pour attirer les clients ? Pas facile d’être visible contre des grosses agences à gros budget… Ma stratégie est de fonctionner avec le blog et de créer du contenu sur la thématique qui m’intéresse… le e-commerce, Prestashop, le web en général… Par la force du temps ces billets attirent du trafic (sur la masse de billets rédigés) et ramènent des clients potentiels.

      Est-ce que tous les clients sont forcément bon à prendre ? Non… ceux qui ont parfois un budget ne sont pas forcément ceux avec qui on a envie de travailler, il est toujours important d’être en accord avec soi-même et ne pas avoir peur de refuser des clients. Bien sûr qu’il y’a énormément de gruge sur le marché des prestations web… et il y’en aura encore de plus en plus dans les années à venir.

      Le conseil que je peux vous donner c’est d’investir du temps sur quelque chose qui vous passionne sur le web et miser du temps à créer du contenu au travers d’un blog pour dégager de potentiels clients. Vous ne serez jamais « vieux », prenez votre courage à deux mains, vous pouvez rebondir essayez aussi de fréquenter des bureaux de Co-Working pour vous aider à vous relancer.

      Allez hop ! On se remotive et on garde la forme 🙂 !

    2. Un conseil : oubliez la prospection sur le net comme principal canal, il existe plein d’alternatives…, comme les amis, la famille, les salons, les meetings, foires, etc., il suffit de convaincre un seul prospect par « sortie », de lui réaliser un beau site et bien entendu de mettre dans le footer un lien vers son propre offre. Croyez-le ou non, mais généralement c’est ainsi que ça marche. Un client visite le site de son concurrent et vous demandera de lui faire un site similaire, pas exactement, mais pas loin. D’ailleurs dans mon formulaire de devis, je demande toujours si un site leur a fait un clin d’œil, ceci me permettant directement de savoir ce que le client souhaite rapidement.

      Et nul besoin d’un dédié, les SaaS suffisent amplement avec leur ressources à la demande !

      Concernant le sujet principal : le meilleur cahier de charge est un site déjà réalisé, pour quoi réinventer la roue ? Si vous partez d’une page blanche à chaque fois, c’est normal que vous explosez les budgets…

      1. Pour moi tous les canaux sont intéressants, pouvoir faire un mix de l’ensemble des canaux permet de garder un équilibre.

        Avec le web il est possible aussi de cibler sa clientèle suivant les thématiques des articles qu’on rédige… c’est par exemple le cas lors que j’aborde des sujets liés au e-commerce suisse.

        Pour les cahiers des charge difficile d’établir une règle fixe… cela dépend de comment on fonctionne, quel type de clients on touche… quels type de projet on pense réaliser, l’envergure… la mentalité du freelance et aussi celle du client.

        Ce qui est important c’est surtout de comprendre ce que veut le client, évaluer le temps que cela va prendre et rester dans le budget défini initialement 😉

  6. Bonjour,

    Merci pour cet article ! Effectivement, l’élaboration et la rédaction du cahier des charges d’un site ecommerce est une étape trop souvent négligée chez les porteurs de projets web.. Pour faire bénéficier aux lecteurs d’un complément d’information, je voudrais partager une autre source que nous venons de publier, un exemple de cahier des charges de site ecommerce, avec un fichier à télécharger : http://www.lafabriquedunet.fr/creation-site-ecommerce/articles/exemple-cahier-des-charges-site-ecommerce/

    Encore merci et à bientôt,

    Adrien.

    1. Bonjour,

      Merci pour ce retour, j’ai vu passer ce lien sur Twitter et le contenu est intéressant.

      A noter tout de même que le budget du client doit s’aligner aussi avec la longueur / exigence du cahier des charges.

      Parfois je vois des documents très longs, qui fourmillent de détails, mais où le prospect n’a pas du tout les ressources financières nécessaires pour mener à bien le projet.

      Donc, pour les clients qui démarrent… sachez (dans un premier temps) aller à l’essentiel.

      Merci pour votre visite et votre lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *