Une boutique e-commerce multilingues c’est du job

Voilà ce que je remarque chez beaucoup de marchands, la notion du multilingue est une simple formalité à leurs yeux, il suffit d’activer une langue (bah oui c’est déjà dans Prestashop) et hop on y va, on va vendre aux clients étrangers.

Prenons le cas de la Suisse
La Suisse comprend 30% de personnes parlant le français, c’est relativement peu si on compare aux suisses-allemand, 60%… ce qui veut donc dire qu’on peut perdre une grande part du marché local rien que par la barrière de la langue (oui la suisse est particulière pour ça). Pour un marchand suisse (et aussi pour les autres qui visent l’international) il est important de se préoccuper de la gestion des langues, mais c’est loin d’être une mince affaire.

Ouai mais y’a qu’à activer une langue dans Prestashop c’est tout…
Voilà un truc qui souvent me fait bien marrer, il faut savoir qu’à mon sens pour bien faire, il faudrait déjà revoir les textes en français, car certains termes dans Prestashop, peuvent être discutables… la définition de chaque terme est très important, pour aider à mieux convertir la visite client en commande, par exemple « Plus d’info » pourrait être modifié en « Voir la fiche produit ». Ensuite il faut tester tous les formulaires, toutes les interfaces du shop, pour vérifier que les traductions ne débordent pas et ne provoquent pas de bugs visuel.

Et les traducteurs automatiques ?
C’est effectivement une possibilité (comme par exemple avec ce module Prestashop), mais celui qui choisi ce mode de fonctionnement ne percera pas vraiment sur le marché étranger. Pourquoi ? Parce que c’est du bricolage ! Souvent j’arrive sur des sites où je constate que la traduction est automatisée, c’est souvent truffé de bugs… pas toujours compréhensible… des contenus imagés ne sont pas traduits… c’est une méthode système « D » utilisée par beaucoup, mais ce n’est pas la solution professionnelle idéale.

Traduire encore Traduire
Si on veut faire bien les choses, il faut donc traduire l’interface de sa boutique e-commerce, mais aussi ses produits et là encore… il faudrait déjà commencer par avoir des fiches produits bien complètes en français. Il faut aussi traduire les conditions générales, vos pages CMS, d’où l’importance que celles-ci soient bien à jour. Si vous le faites déjà correctement en français, cela représente un travail considérable (si si).

Ma première démarche
Pour Autodingo c’est certain, je développe le concept en pensant de manière multilingue, mais je n’ai pas encore fait véritablement de choix, car je vais devoir faire appel à des professionnels de la traduction. J’ai fait un saut ce matin dans Google pour voir un peu et j’en ai retenu quelques-uns qui me paraissaient bien.

Translated.net m’a semblé comme un leader du milieu, avec une calculation du prix online, les tarifs ont l’air assez raisonnable genre 112$ pour 1000 mots avec un mec qui va aussi contrôler la qualité (bon on sait pas si c’est vrai ah ah ah). Il y’a même le délai de livraison affiché direct… ça c’est beau (rassurance client max.)



Traducta.ch
, forcément ils ont retenu mon attention, car ils sont basés en Suisse et à plusieurs endroits, ça me rassure de les voir à proximité, en cas de pépin je peux joindre la personne et trouver une solution (si je veux avoir d’autres termes… ou des mots plus courts avec le même sens etc…)



Adt-international.com
, c’est encore autre chose… eux ils nous montrent une vidéo avec des mecs qui vont chercher des infos dans des livres, on voit les experts à l’oeuvre, des gens qui bossent… j’ai trouvé ça cool de montrer une vidéo de cette manière… bon après ils mettent en avant des trucs comme « Certifié ISO ».. le truc qui me fera toujours bien marrer.

Adosjob.ch, qui n’a rien avoir avec les autres… mais je me suis dit qu’il y’avait aussi l’option « job de crevard », où je pourrais payer un étudiant bilingue pour faire la conversion… (on sait jamais…) mais bon ayant été étudiant aussi… je me méfie un peu de la chose… (j’ai pas pu traduire j’avais un examen… etc…)



Bilan

Pour moi attaquer un marché multilingue c’est pas une mince affaire, personnellement ça me demande passablement de réflexion, aussi sur la priorité des éléments à traduire et comment traduire au maximum (si on a des images avec texte incrusté… il faut y penser). Il y a aussi une approche à avoir pour l’évolution, doit-on être dépendant du traducteur, dans quel délai cela peut se faire etc…  Quand on part dans l’objectif de traduire une boutique e-commerce, celle-ci doit dans un premier temps frôler la perfection en français et pourtant… c’est relativement rare de voir des marchands à ce niveau-là.

Ma constatation est la suivante, seule les entreprises avec un certain budget arrivent à ce niveau, les autres font de l’automatique… ou alors laissent du multilingue non-vérifié par des professionnels. Idéalement votre boutique devrait être testée par des gens de langue étrangère de manière à jauger aussi la qualité de votre offre et si la traduction est vraiment pertinente (subtilités de la langue). Si vous avez déjà fait appel à une entreprise de traduction et que vous êtes content hésitez pas à le faire savoir dans les commentaires ci-dessous !

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

7 commentaires sur “Une boutique e-commerce multilingues c’est du job”

    1. Bonjour,

      Dans mon cas la langue que je maîtrise parfaitement c’est le français, du coup je modifie directement la source (dans le TPL en français), ce qui me permet quand je change de langue de voir les termes qui ne sont pas traduits.

      Ensuite je copie manuellement ces termes non-traduits dans un fichier Excel (pour faire traduire uniquement ce dont j’ai besoin).
      Finalement j’ai fait appel à une traductrice de ma région, plus facile aussi pour ajuster des termes… pour tester (et pas vraiment plus cher).

      Ensuite pour la réintégration des traductions j’utilise ce module qui est bien pratique et qui charge uniquement la section demandée :
      http://addons.prestashop.com/fr/outils-administration-modules-prestashop/5615-traduction-simplifiee-de-prestashop.html

  1. Bon je reviens confirmer un truc, car j’ai testé « Translated.net » !

    C’est bien le service est rapide, ils font la traduction et on paie après… c’est plutôt cool.

    Bon j’avais une bonne page complète à faire traduire… le lendemain c’était fait donc ils ont du répondant…

    A voir ce que ça donne sur des projets plus conséquents !

  2. Effectivement c’est tout un travail de traduire son site web et cela revêt une importance capitale pour tout client souhaitant s´étendre a l´international. Selon la difficulté du texte atraduire je préconise de faire appel a une agence de traduction qualifié!!

    1. Bonjour,

      Tout à fait, après en ce qui concerne le choix de l’agence cela repose sur plusieurs critères comme par ex :

      – la qualité de la traduction
      – la rapidité de la traduction
      – sous-traitance ou interne ?
      – révision « postscriptum » sur le contenu en production
      – le prix

      Merci pour votre visite !

  3. Cet article a tout à fait raison : la traduction ne s’improvise pas ! Et pour gagner des clients, il est nécessaire de faire traduire ses documents par des professionnels.

    Cultures Connection mise sur la qualité, ainsi l’agence s’est entourée de 700 traducteurs professionnels partout dans le monde pour offrir les meilleurs services possibles.

    Parce que la qualité est toujours le meilleur choix.

    http://culturesconnection.com/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *