Le trafic client, la priorité pour votre site e-commerce

Actuellement, tout le monde fonce tête baissée sur le créneau du e-commerce, ensuite le 80% des e-commerçant tombent après la première année, tellement le secteur est difficile. Le principal problème au jour d’aujourd’hui n’est pas vraiment la boutique elle-même, mais d’attirer du trafic sur son site.



La création d’une boutique e-commerce c’est un détail

Créer une boutique e-commerce n’est pas forcément une chose simple, par contre c’est un détail si on compare la difficulté de création de la boutique, par rapport à la difficulté pour ensuite « vendre » ses produits sur internet. Dans la majorité des cas, la question devrait être, comment je vais attirer du trafic sur mon site ? et quel potentiels de clients seraient d’accord de m’acheter mes produits ?

Les préoccupations actuelles des clients
1) L’apparence graphique, il faut que ça soit plus beau que le site du concurrent (des jours et des jours perdus pour du graphisme)
2) Il y’a un module de parrainage ? pour fidéliser les bons clients etc… ? (dans la plupart des cas, ces modules sont inutiles et apportent un faible retour)
3) … le référencement du site ? oui on va acheter pour 100 CHF / 100 EUR d’Adwords par mois, on va devenir riche !

Bien sûr que l’apparence graphique est importante, seulement dans une majorité des cas, il vaudrait bien mieux travailler sa visibilité, plutôt que de faire « joujou » avec des effets et  pour un résultat qui très souvent se rapproche du lot (bon si vous êtes genre un groupe comme Auddi… c’est pas pareil, vous avez de la marge). Le travail effectué sur la partie graphique est très rarement rentable, sauf peut-être pour Archiduchesse, mais rares sont les clients qui arrivent à ce résultat, car dans ce cas, il y a aussi une grosse approche webmarketing (juste en passant je hais ce terme…).

Exemple concret dans la vie réelle
Pour mieux comprendre, le non-sens du cas exposé (qui correspond à beaucoup de clients) on va prendre l’exemple d’un marchand qui ouvrirait une boutique physique. Dans la plupart des cas cela voudrait dire que le marchand choisirait :

– un emplacement à l’extérieur de la ville (cela équivaut à être invisible de Google)
– il n’a pas communiqué aux différents médias son ouverture (cela équivaut à ouvrir son site et attendre, les clients)
– il vend les produits que propose le super-marché en ville (cela équivaut à vendre un article banal)
– il présente ses produits entassés les uns sur les autres (cela équivaut à ne pas faire mieux que la concurrence en terme de présentation)
– il propose seulement 50 produits (cela équivaut à rivaliser avec les concurrents du même secteurs avec plus 100’000 références)

Ces choix « imagés » par des exemples de la vie réelle vous semblent incohérents ? Et pourtant la plupart des clients le font, mais dans le monde du web.

Travailler son contenu
Bien sûr, je commence à radoter… toujours concernant les fiches produits un marchand m’a dit l’autre jour, « on va pas commencer à s’amuser à créer un contenu personnalisé pour chaque produit, ce n’est pas rentable ». Prenons le cas un jeans à 100 CHF / 100 EUR avec 30 CHF / 30 EUR de marge. Si la création de la fiche produit « étoffée »  avec le contenu rédactionnel rédigé par vos soins vous prend 1h… vous me direz que c’est rien. Mais pourtant, peut-être que vous ne vendrez même pas 1 fois ce produit une fois en ligne… et si vous devez payer votre employé vous allez devenir vite perdant et pourtant… Si vous ne générez pas un contenu personnalisé, vous n’irez pas très loin, cette étape est à l’heure actuelle vitale… ce qui va coûter cher c’est la visibilité, pas la création de la boutique.

Que faire pour réussir son positionnement
Je vais tenter d’être bref, mais je dirai :
– avoir des produits attractifs / exclusifs
– connaître ses produits
– avoir au moins une 100 aine de produits différents
– connaître ses clients
– travailler le contenu de ses fiches produits
– avoir un budget pour le référencement / communication
– lire le document magique du référencement

Avant de véritablement vous lancer, prenez le temps d’étudier le marché et effectuez des calculs pour mesurer si votre affaire est rentable et si ces chiffres ont une chance d’être atteints.

Bilan
Très souvent, je rencontre des personnes qui viennent avec des problématiques très complexes à réaliser sur leur site e-commerce. Mais finalement ils s’attardent sur les mauvais points, car la visibilité est primoridiale sans elle, vous n’effectuerez pas de ventes. Le domaine du référencement reste encore méconnu pour une grande partie des personnes que je rencontre, actuellement sur ce secteur c’est le travail effectué qui est valorisé (fini l’époque des mots clés et des annuaires en masse). Je vais profiter de faire un parallèle avec  un cas de la vie réelle (oui encore c’est le jour décidément), la plupart des marchands préfèrent rouler en Ferrari et avoir de l’essence uniquement pour 100 Km, pourtant il serait tellement plus judicieux de prendre une 2CV et de rouler 100’000 Km.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

3 commentaires sur “Le trafic client, la priorité pour votre site e-commerce”

    1. Bonjour,
      Parce que souvent les termes sont « élaborés » sont souvent dictés par des commerciaux, qui n’ont pas une réelle compétence.
      Exemple on pourrait dire à un client :
      normal : « Je vous installe un module Facebook pour votre boutique »
      commercial : « Je vous installe un plugin Facebook API Engine avec amélioration SEO pour ROI.
      On donne une importance et une notion de prestige à quelque chose qui finalement est « simple à comprendre ». Le terme « Webmarketing » pourrait très bien être remplacé par « publicité », mais c’est moins vendeur.

  1. J’apprécie la pertinence de vos articles. Je fais partie de ces gens qui accordent beaucoup d’importance à l’apparence. En même temps en tant que photographe web designer c’est un peu normal. J’ai toujours envie de faire mieux, plus… mais je me suis arrêtée en me disant que maintenant, ce ne sont pas les petits plus visuels qui apporteraient des clients mais bien la visibilité et je suis passée à l’étape suivante: fiche produits détaillées, mots clés, métadonnées, pub (facebook reste un endroit important à mon goût puisqu’on a un rapport direct avec les gens) Je n’ai pas encore assez de recul pour donner des conclusions. J’espère être sur la bonne voie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *