Les solutions e-commerce open-source du moment sont-elles vraiment au top ?

Chaque jour, je m’interroge sur le sujet en me demandant est-ce que j’ai choisi la bonne solution ecommerce à proposer à mes clients. Dans mon cas, il s’agit de Prestashop, mais je garde un oeil en permanence sur ce qui se fait chez la « concurrence » histoire de rester dans la course.



Des solutions ecommerce trop riches ?

A l’heure actuelle les solutions ecommerce regorgent de fonctionnalités, je pense que c’est un bon point, mais là je commence à overdoser. Franchement, pourquoi ne va-t-on pas à l’essentiel ? On ajoute des fonctionnalités pour tout et pour rien, on charge les interfaces un maximum sur le front-office et à mon sens on perd en ergonomie pour les utilisateurs qui n’achètent pas souvent sur internet. Pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’acheter sur internet, c’est encore le parcours du combattant, car il y a trop de possibilités au niveau de la navigation.

L’intégration des templates
Qui aime faire de l’intégration ? Qui aime se battre avec les bugs des différents navigateurs ? Pas moi en tout cas. Dans ma vision idéale, on devrait pouvoir demander la création d’une maquette à un graphiste, puis l’intégrer sur son shop via un super-background, qui remplirait de lui même les différentes zones du site. Ensuite au niveau du CSS, l’idée serait d’avoir une seule feuille de style avec quelques codes couleurs uniquement, genre tout au plus une 20aine à changer au début de la feuille et c’est tout. Avec cette méthode d’intégration on pourrait avoir des designs originaux avec un temps d’intégration relativement bas.

Avoir un code et une structure clean
Très important, pour ajouter de nouvelles fonctionnalités, pour garantir un bon fonctionnement de l’application, il est impératif d’avoir un code source qui soit clean et une structure d’application bien pensée afin de garantir une certaine pérennité du site sur le long terme. A l’heure actuelle pour moi Prestashop n’est pas un bon exemple, le code est assez moyen et les conventions ne sont pas assez strictes, le code de Prestashop est parfois si bordélique à mon goût que je me demande parfois comment ça se fait qu’il tienne encore si bien la route.

Limiter le nombre de technologies et de languages

Dans un projet ecommerce, utiliser du PHP et du Javascript me semble une bonne idée. Utiliser aussi un framework permet une certaine garantie au niveau du fonctionnement de l’application et pour l’évolution du site. Par contre, ajouter un moteur de template comme par exemple Smarty, me semble une mauvaise chose. Pourquoi ? Selon moi ce moteur de template ne possède pas assez d’avantages pour en justifier son utilisation. En séparant les traitements et en utilisant aussi des fichiers PHP pour les vues, couplés avec un moteur de cache cela suffirait amplement sans devoir forcément recourir à un moteur de template.

Penser simple, pensez à la Google !
Quand on regarde par exemple le back-office de Prestashop, on constate qu’il est assez facile de prendre en main l’outil. Par contre, si on consulte le back-office de Magento, on ne peut pas en dire autant. Franchement, j’ai de la peine à comprendre, comment on peut concevoir des back-office si peu user-friendly.  Que Magento soit très puissant, très permissif, je comprends, mais est-il obligatoire dans ce cas que par exemple l’ergonomie du back-office soit presque inexistante ? Pourquoi doit-on passer des heures pour la configuration, l’installation ? Pourquoi l’ensemble de la boutique n’est-elle pas optimisé d’office ? Cela me semble en fait si logique, on veut du simple, du rapide, du fonctionnel. Typiquement l’autre jour, j’ai testé RBS Change (Cms + Shop) groupés dans la même solution, pour accéder au back-office il fallait déjà installer un plugin pour Firefox et disposer de la dernière version de celui-ci pour y accéder. De voir juste ça… je me dis : « Mais c’est tout sauf pratique… allez expliquer ça aux clients ensuite…. franchement ça m’échappe….selon moi, c’est mauvais ».

La gestion des mises à jour
Pour Magento je ne sais pas exactement comment ça se passe, mais pour Prestashop c’est à l’heure actuelle juste « impossible ». Il faut prévoir refondre la boutique ainsi que son template pour effectuer une mise à jour. Mais pourquoi ne pourrait-on pas faire une mise à jour en cliquant sur un simple bouton « mise à jour » dans le back-office ? Cela me semble logique, on ne veut pas commencer à faire des comparaisons avec WinMerge pour savoir si tel ou tel fichier a été changé et ça sur des milliers de fichiers. Il faudrait donc prévoir une mise à jour du noyau, avec optionnellement une mise à jour du template, mais même si l’on met à jour le noyau, le template serait toujours censé fonctionner. Si ce n’est pas le cas, cela voudrait donc dire que la structure d’un template n’a pas été suffisamment pensée pour agir de manière presque autonome.

Bilan sur ces quelques points
Forcément j’ai dit passablement de choses négatives, c’est aussi un peu le but pour dire ce qui ne m’attire pas dans les solutions e-commerce actuelles. Prestashop est un très bon produit, tout comme Magento, mais selon moi l’avenir est dans la simplification de toute cette technologique, autant dans les interfaces que dans le développement. Personnellement je recherche des solutions faciles d’intégrations, avec un code suffisamment robuste et clair. Peut-être que c’est de la flemme, mais on veut à l’heure actuelle pouvoir faire les choses vite et bien. Il faudra que je pense à vous parler de ma vision pour une solution ecommerce idéale, cela fera l’office d’un billet prochainement 😉

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

1 commentaire sur “Les solutions e-commerce open-source du moment sont-elles vraiment au top ?”

  1. Bonjour Germain,
    Je représente l’éditeur du CMS – Ecommerce RBS Change. Je tiens d’abord à vous remercier d’avoir testé notre solution.
    L’accès au back-office réservé au seul navigateur Firefox est un choix historique et technologique, qui nous permet d’offrir une ergonomie assez peu commune sur ce type d’outil (glisser-déposer, conservation des travaux en cours lors du zapping dans les modules etc.). Une petite vidéo sympa pour voir ce que ça donne : http://www.youtube.com/watch?v=ugOXJfVyzEw
    Très sincèrement, le choix de ce navigateur n’a jamais posé problème aux utilisateurs de la solution, dans la mesure où FF s’installe en 30 secondes, et que l’extension sécurisée qui permet d’accéder à son back-office s’obtient en 20 secondes de plus.
    C’est un « petit » prix à payer pour disposer de la puissance de ce logiciel francophone, dont j’espère que vous aurez l’occasion d’exploiter (et de commenter ;o) à fond dans les prochaines semaines. Nos développeurs sont à votre disposition pour ce faire.

    Bien cordialement,
    Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *