Le coût des prestations e-commerce

Un billet de ce genre est publié régulièrement, parce que j’observe de très près la tendance de la demande des clients, leurs attentes, mais surtout le budget alloué pour la concrétisation de leur demandes. Pour le client c’est toujours difficile de mesurer le ratio travail / prix.

La jungle des prix

Régulièrement je reçois des demandes de clients pour effectuer des interventions sur leurs boutiques et forcément ils ont aussi demandé ailleurs pour faire la comparaison des prix… Il est assez rare que je sois le « meilleur marché » et bien souvent je me retrouve avec des e-mails du type « On m’a proposé cela pour 2, voir 3 fois moins cher »… Le problème c’est qu’il est difficile de comparer une prestation web, tout dépend de la manière dont on aborde la demande du client.

Travail avec la France

Une bonne partie des e-commerçants suisses, confient les mandats à des agences françaises ou alors régulièrement sur Genève (pour moi c’est déjà la France) qui cassent les prix en sous-traitant en France ou plus loin (Maroc, Bulgarie, Inde et j’en passe). Comme je l’explique régulièrement à certains clients, il n’est pas possible de rivaliser avec un freelance en France ayant un SMIC à 1’400 EUR, les charges en Suisse ne sont pas les mêmes le coût de la vie non plus (ils le savent assez bien, mais essaient toujours). Le coup des agences web françaises, avec 1 (pseudo) directeur et 4 stagiaires (avec chacun leur titre de responsable) est aussi quelque chose d’assez amusant et qui se répète régulièrement.

L’expérience

Concrètement il faut être clair, une partie des agences proposent du Prestashop parce que c’est la mode actuellement, pas parce qu’ils ont forcément l’expertise nécessaire. Pour bien cerner toutes les problématiques liées à un e-commerce, il faut déjà avoir traité de multiples cas clients pour tirer leçon de ses erreurs. Avant d’avoir vraiment de bonnes bases ça demande plusieurs années d’expériences dans le e-commerce, mais aussi une bonne vision technologique sur l’outil proposé au client (par ex. Prestashop ou Magento).

Optimisation de Prestashop

Je peux constater quand j’interviens sur des boutiques faites par d’autres développeurs / agences, certaines fois je me dis « Ouaaa ils ont même pas changé ça ! »… le strict minimum est effectué. Dans mon protocole d’offre actuel, il y’a passablement de points qui doivent être revus de manière à proposer un produit qui soit finalisé au client. Un client m’a transmis une offre d’un prestataire pour une boutique e-commerce, l’offre tenait sur 5 lignes… la mienne par défaut sur 5 pages (et on pourrait imaginer bien plus long)… Comment comparer ces deux approches quand on est un client ? Est-ce l’un qui est trop simple ou l’autre qui est trop complexe ? tout dépend de la méthode de travail.

Faire correctement le travail

Prenons une demande… « Notifier automatiquement le marchand lors de l’inscription d’un nouveau client ». Dans le cas présent il faut donc, modifier un processus pour mettre en place un « Override » sans toucher au coeur de l’application… mettre en place un override et le tester ça prend du temps, même si la fonctionnalité demandée est simple au niveau du comportement. L’aspect technique de l’intégration et les imprévus associés demandent toujours plus de temps que ce qui est initialement prévu… Est-ce que les modifications sont historisées ? Sur des interventions à la volée rarement… difficile d’évoluer dans un cadre de travail stable dans ces conditions.

Rentabilisation des ventes

Beaucoup de marchands vendent des produits avec une faible marge et réalisent forcément un faible chiffre d’affaire, le problème c’est que les changements demandés ou évolutions désirées par le client… coûtent souvent bien plus cher que le bénéfice réalisé en amont. Je parle donc des petits e-commerçant locaux… vous faites 1 à 2 ventes par jour des T-shirts… ok c’est bien, mais avec la marge réalisée… difficile de ré-injecter le montant dans l’évolution de sa boutique. Ce problème est assez récurrent chez les petites structures… (cercle vicieux).

Combien ça coûte un e-commerce avec migration ?

Une demande de client aussi reçue récemment, j’ai fait le tour de sa boutique initialement sous OS-Commerce et j’ai articulé un chiffre environ de 5’000 CHF pour la boutique avec 2’500 CHF pour la migration. Et là on me répond qu’une entreprise suisse va faire les deux opérations pour 5’000 CHF… A nouveau, c’est l’expérience qui entre en compte, actuellement quand j’ai compté tout le temps à passer je sais que le prix va bien au-delà de ça et il faut avoir un minimum de marge pour discuter avec le client et lui faire valider les différentes étapes avec son approbation. On pourrait me dire que ça coûte 20’000 CHF pour ces deux opérations… s’il faut mettre une team sur un projet de ce type, il faudra bien compter cela…(encore un facteur variable).

Moi aussi j’ai cassé les prix

Je me souviens avoir proposé des boutiques complètes à moins de 3’000 CHF (ce qui est possible si on fait du travail pour ce prix), mais il n’est pas envisageable de proposer l’ensemble des prestations à un coût écrasé. Il y’a beaucoup d’indépendants qui se lancent et qui proposent des prix bas et je comprends que le client ça l’attire… Le problème est aussi dans la médiatisation, car trop souvent on voit des mentions « montez votre boutique en 1 min. » ou « créer sa boutique gratuitement »… tout semble simple du moins d’apparence, mais dans la réalité c’est tout autre.

Bilan

Quel est votre budget ? C’est devenu presque ma phrase d’entrée… (j’exagère), mais y a trop de demandes qui ne concordent pas du tout avec le marché. Trouver moins cher c’est toujours possible, mais il faut encore avoir le résultat au bout, sinon c’est souvent bien trop cher pour ce que c’est. Il y a aussi un autre problème c’est toutes ces agences locales qui sous-traitent… du coup le client aura un travail « made in France », facturé au prix Suisse et ça… c’est pas bon non plus ! Voilà, le point coût des prestations est fait 😉 ! Sinon je vous invite à lire encore cet article tellement vrai : Combien coûte un site e-commerce.

Notez mon billet, Google va adorer :
1 étoiles - J'aime pas !2 étoiles - Bof !3 étoiles - Bien !4 étoiles - Très bien !5 étoiles - Génial ! (Soyez le premier à noter ce billet)
Loading...

9 commentaires sur “Le coût des prestations e-commerce”

  1. Arrêtes avec ton sentiment anti-français ! Il faut s’ouvrir 😉
    Je pense que tu ne connais pas bien le marché Parisien.
    C’est dingue de lire des conneries comme ca !

    1. Hello,

      Ce n’est pas de l’anti-français, depuis le temps je parle en connaissance de cause (récupération de multiples cas clients).

      Il y’a des agences françaises qui font du très bon travail, mais les tarifs sont forcément bien plus élevés, ce qui est tout à fait normal.

      Les plus grosses différences de prix se trouvent surtout sur le marché du freelance.

      Merci pour ta visite !

  2. Ton analyse est réelle. La première chose à apprendre est de ne jamais casser ses tarifs et essayer d’estimer au plus juste son travail, ce qui s’acquière avec le temps et l’expérience.
    Apprendre à dire non au client est primordial il me semble et cela beaucoup de freelance ne savent pas le faire au début.
    Après, j’estime que plus le ecommerce muri, plus mes tarifs augmente car la gestion des projets devient de plus en plus complexe.

    1. Hello,

      C’est un peu le problème pour le client, « comment mesurer la connaissance » et s’assurer aussi que le promesses soient tenues. Comme dans tous les domaines (dans le web encore plus), on promet parfois beaucoup de choses au client, mais une fois qu’il a signé en finalité les garanties s’envolent assez vite.

      Je pense qu’il faut être cohérent, pour faire du bon travail il faut du temps… tout ne peut-être automatisé, fait à la va-vite… mais le client restera toujours tenté par un prix « bas » ce qui est compréhensible. Maintenant le but pour un e-commerçant c’est de vivre de son business… économiser sur l’outil principal (et sur tout ce qui va autour) n’est pas vraiment la solution pour percer.

      Grand débat, je pense que certainement chacun à son opinion là-dessus.

      A bientôt !

  3. Effectivement, un article qui ouvre un débat sans fin…

    J’ai moi-même cherché longtemps un bon prestataire et ce n’est vraiment pas évident de trouver.

    Il y a ceux qui on un orgueil surdimensionnés et qui vendent leurs prestations hors de prix ou encore des agences qui semblent sérieuses mais en réalité ne le sont pas et les cas inverses. Bref, ce n’est vraiment pas facile en tant que client.

    Un des problèmes, je pense, c’est qu’il y a pleins de façons de faire qui fonctionnent et qu’il n’y a pas de réelles conventions pour faire les choses d’une seul et même façon. Si on parle de W3C c’est bien cool pour les navigateurs, mais sa en reste là.

    Si quelqu’un a quelques conseils pour choisir un bon prestataire sa serai sympa de partager ou peut-être une idée pour un prochain article si c’est pas déjà fait. 🙂

    1. Hello,

      Un point qui est souvent négligé et qui est à mon sens primordial pour évoluer correctement dans le e-commerce, c’est d’avoir un contact « réel » avec le prestataire, de pouvoir aller sur place de voir comment fonctionne le marchand pour proposer des solutions adaptées.

      Il y’a la plateforme e-commerce bien sûr, mais connaître uniquement un aspect technique du web n’est pas suffisant, il faut avoir une vision cohérente de l’entreprise pour comprendre le client.

      Le côté 100% virtuel entre le client et le prestataire (exemple en sous-traitance) reste très limité dans les collaborations de longues durées et s’effrite plus facilement avec le temps qu’une collaboration de proximité.

      A bientôt !

      1. Je suis tout à fait d’accord !
        Même Skype suffit des fois, je dirais qu’il faut que le prestataire soit transparent qu’il donne quelques référence explique ce qu’il a fait. Mieux encore contacter les entreprises avec qui l’agence a travaillé et avoir un retour de leur part. 🙂

  4. Trop de clients privilégient le prix au lieu de la qualité. J’ai régulièrement des clients qui me contactent pour refaire leur site qui n’a pas été abouti par des webmasters sans connaissances sérieuses. Ces mêmes clients m’annoncent qu’ils n’ont plus de budget et souhaitent une formule à bas prix…
    Il vaut mieux avoir moins de clients en privilégiant ceux qui choisiront la qualité au lieu du prix…
    Pour ma part Prestashop n’est pas toujours utile pour une entreprise, vendre en ligne est plutôt réservé aux sites spécialisés comme Amazon, Zalando, Rueducommerce, etc.
    Pour une PME, c’est rare qu’une boutique en ligne fonctionne bien sauf si les produits q’elle propose sont uniques et demandés.

    1. Hello,

      Ce que tu dis est très juste, je vois rarement des boutiques en lignes de « PME » bien fonctionner, par contre je vois aussi rarement des « PME » injecter un budget marketing intéressant sur la boutique.

      Si un shop correctement équipé coûte 5’000 CHF, il faut compter un budget normalement 3 x supérieur pour effectuer la promotion (15’000 ce qui ne me semble pas démesuré pour commencer à gagner de l’argent), mais c’est vrai que ça coûte et que c’est en plus sans garantie.

      Le problème du web, c’est qu’il y’a des experts en tout… qui sont les vrai, qui sont les faux ? Ce qui est important c’est de sensibiliser le client et lui donner une juste vision de la vente en ligne et des coûts que cela implique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *